La Peste

par

Jean Tarrou

Jean Tarrou est un étranger à Oran, installé à l’hôtel dont il est l’un des derniers clients. À travers ses carnets de notes cités de temps à autre par le narrateur et qui tiennent alors lieu de récit, on apprend qu’il a un regard cynique, presque moqueur, sur la ville et ses habitants. Agissant d’abord en observateur distant, il prend peu à peu part à la lutte contre la peste, se proposant comme organisateur de groupements d’infirmiers bénévoles et se liant d’amitié avec le docteur Rieux.

Décrit comme « un homme encore jeune, à la silhouette lourde, au visage massif », il se présente également comme un héros inébranlable face au fléau. Au fil du roman, on découvre son passé d’activiste contre la peine de mort. Impressionné par cette forme d’ « assassinat », il consacre sa vie à « refuser tout ce qui, de près ou de loin, pour de bonnes ou de mauvaises raisons, fait mourir ou justifie qu’on fasse mourir. » Il recherche en même temps une paix intérieure, une sainteté apparemment impossible à trouver, puisqu’il est destiné à être l’une des dernières et soudaines victimes de la peste.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Jean Tarrou >