La Peste

par

Joseph Grand

Petit fonctionnaire à la mairie d’Oran, Joseph Grand porte mal son nom au début du roman. Frêle, solitaire, ayant du mal à s’exprimer, il semble vouloir se donner de l’importance en évoquant plusieurs fois le projet secret sur lequel il travaille et qui se révèle être un livre dont il écrit et réécrit avec une obstination absurde la première phrase quelque peu mièvre. Pour le docteur Rieux, il apparaît à maintes reprises comme l’innocent qui sera épargné par le fléau.

Le narrateur se réfère à Grand comme au « héros insignifiant et effacé qui n’avait pour lui qu’un peu de bonté au cœur et un idéal apparemment ridicule », qui donne à la chronique le « caractère […] d’une relation faite avec de bons sentiments, c’est-à-dire des sentiments qui ne sont ni ostensiblement mauvais ni exaltants à la vilaine façon d’un spectacle. » En d’autres termes, Joseph Grand est le personnage qui dilue le pathétique présent dans l’œuvre et appuie son caractère réaliste.

Toutefois, comme de nombreux autres personnages du roman, Grand est métamorphosé par la peste : il fait preuve de courage et de

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Joseph Grand >