La Religieuse

par

Contexte social de l'époque : des sources publiques et privées

Les critiques distinguent deux types de sources à un tel récit : à la fois l'histoire tragique de la sœur même de Diderot, qui mourut folle au couvent, et un fait divers de l’époque, qui relatait le recours en justice d'une religieuse de l'abbaye de Longchamp, demandant à être libérée du cloître où elle avait été enfermée. Ces deux sources privées témoignent de tragédies quotidiennes subies par les femmes de ce siècle, qui rentraient souvent au couvent non par vocation, mais par obligation sociale. Il faut noter que de tels cas concernaient aussi les hommes ; dans une famille, le dernier enfant mâle était souvent voué à la vie religieuse, pour ne pas dilapider le patrimoine familial lors de la succession. Ces vies religieuses forcées étaient donc répandues. Mais La Religieuse aborde aussi d'autres problèmes, plus graves, comme les abus sexuels ou encore les violences permises dans ces lieux clos, dans des communautés confinées et isolées :

« Ah ! Monsieur, les méchantes créatures que des femmes recluses, qui sont bien sûres de seconder la haine de leur supérieure, et qui croient servir Dieu en vous désespérant ! Il était temps que l’archidiacre arrivât ; il était temps que mon procès finît ».

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Contexte social de l'époque : des sources publiques et privées >