La symphonie pastorale

par

Le bonheur dans l'ignorance

La connaissance et le bonheur sont-ils compatibles ? La connaissance, c'est le péché, selon la Bible. « Et cette parole du Christ s'est dressée lumineusement devant moi : Si vous étiez aveugles, vous n'auriez point de péché. » Selon le pasteur, la cécité de Gertrude est un rempart qui la protège et lui assure une pureté angélique, idéale, ainsi que le bonheur. Aussi va-t-il s'employer à donner à la jeune fille une éducation qu'il juge bonne mais qui est par essence incomplète. Gertrude est présentée comme heureuse et pure : « Le parfait bonheur de Gertrude, qui rayonne de tout son être, vient de ce qu'elle ne connaît point le péché. Il n'y a en elle que de la clarté, de l'amour. » La Symphonie Pastorale, l’œuvre que le pasteur fait entendre à Gertrude, n'a pas été choisie par hasard : « Je réfléchissais que ces harmonies ineffables peignaient, non point le monde tel qu'il était, mais bien tel qu'il aurait pu être, qui pourrait être sans le mal et sans le péché. Et jamais encore je n'avais osé parler à Gertrude du mal, du péché, de la mort. » Le pasteur recrée à  travers Gertrude l'homme tel qu'il aurait pu être, tel qu'il était au jardin d’Éden, vierge de tout péché et ne connaissant pas la mort. La vraie lumière est celle de la foi en Dieu : « Je suis la lumière du monde ; celui qui est avec moi ne marchera pas dans les ténèbres. »

         Mais les hommes sont faits de chair et de sang, et ont quitté le jardin d’Éden depuis...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le bonheur dans l'ignorance >

Dissertation à propos de La symphonie pastorale