Le Complot contre l'Amérique

par

Résumé

Le Complot contre l’Amérique est un roman uchronique ; un événement historique est modifié par l’auteur qui imagine comment la face du monde en aurait été changée. Ici, l’auteur imagine l’élection de Charles Lindbergh en tant que trente-troisième président des États-Unis en 1940, au lieu de Franklin Roosevelt.

Philip Roth, jeune Juif de sept ans, raconte la prise de pouvoir de Charles Lindbergh, sympathisant du régime nazi d’Adolf Hitler. Dès son premier discours, le président reproche aux Juifs américains de vouloir engager une guerre contre Hitler, une guerre qui serait vaine et sanglante pour le pays. Il va même, quelques semaines plus tard, jusqu’à signer un pacte de non-agression avec l’Allemagne.

Tandis que les familles juives s’inquiètent de ces discours antisémites, le reste de la population est subjuguée par le personnage de Lindbergh, premier homme à avoir effectué le vol New York-Paris en solitaire et sans escale.

Les mois passent et Alvin, le cousin du narrateur, décide de s’engager dans l’armée terrestre canadienne afin de combattre les troupes d’Hitler en Europe, sans demander l’avis de la famille. Peu de temps après, celle-ci reçoit une lettre d’un officier canadien annonçant qu’Alvin a été blessé au combat. Il a été amputé d’une jambe et séjourne dans un hôpital militaire. À son retour parmi les siens, Alvin est handicapé ; malgré sa prothèse, il supporte difficilement la situation.

Pendant ce temps Evelyn, la tante de Philip, se lie d’amitié avec le rabbin Bengelsdorf, un proche de Lindbergh et une icône du judaïsme en Amérique, qu’elle aide dans ses travaux. Un soir, le président les convie à la Maison-Blanche en même temps qu’un haut gradé allemand et son épouse à dîner. La population juive prend cela comme un affront, tandis qu’Evelyn et le rabbin n’y prêtent guère attention.

Les médias soutenant Lindbergh critiquent Roosevelt d’une seule voix ; un journaliste ne fait pas partie de la meute : Walter Winchell, qui dénonce le régime des États-Unis comme une « Menace contre les Juifs » ; pour lui, c’est le « meilleur ami d’Hitler » qui est au pouvoir. Il est très vite perçu comme un fou, un nuisible par la majorité de la population ; seule la population juive croit en ce qu’il dit et craint de voir ses peurs se réaliser. Le journaliste n’hésite pas à parler d’antisémitisme et de « futurs camps de concentration » en Amérique.

Les mois passent, Evelyn et le rabbin mettent en place un projet appelé « Des Gens parmi d’Autres » afin de faire croire aux familles juives que tout va bien. Pour cela, des voyages dans des familles d’accueil sont proposés aux enfants. Sandy, le neveu d’Evelyn, se rend dans une famille de fermiers catholiques du Kentucky. Lorsqu’il revient, plusieurs semaines après, son comportement est très différent, il apparaît déraciné. Le rapprochement entre le rabbin et le président continuera d’ailleurs d’influencer la façon de penser de Sandy. Il se met à dénigrer sa famille car elle est apeurée à l’idée que l’Amérique ne devienne nazie. Alvin ne pouvant supporter cela, il s’en va trouver un travail à New York.

Lindbergh est au pouvoir depuis plus de deux ans et demi lorsque le patron d’Herman, le père du narrateur, annonce que toutes les familles de l’entreprise où il travaille seront mutées dans différents États partout dans le pays. L’entreprise n’ayant quasiment que des employés juifs, cela est perçu comme une tentative de délocalisation et d’éparpillement de la communauté. Des amis de la famille Roth fuient au Canada tandis que la majorité des familles ne protestent pas. Herman, lui, décide de démissionner pour ne pas avoir à déménager. Il se fait alors engager comme porteur de caisses au marché. Mais l’argent commence à devenir un problème pour les Roth. Bien que Sandy ait retrouvé son caractère docile depuis quelques semaines, l’idée de fuir au Canada est suspendue. En effet, le président a décidé de fermer les frontières et menace de déclarer la guerre au pays voisin. Il commence à se faire des ennemis politiques et Walter Winchell, le journaliste, en profite pour se présenter aux prochaines élections.

Alors que Winchell, devenu une icône pour les Juifs, commence une tournée dans les grandes villes du pays, ses détracteurs commencent à se montrer violents. Des émeutes se déclarent dans le pays au fil des semaines, et il est assassiné.

Les Wishnow, anciens voisins de la famille Roth, désormais installés au Kentucky, sont particulièrement touchés par les émeutes : la mère est tuée et l’enfant, Seldon, se retrouve orphelin. Herman décide d’aller le secourir en voiture et d’en prendre la garde. Trois jours après, il rentre avec l’enfant.

Finalement, Lindbergh abandonne son poste de président et avoue dans une lettre avoir été manipulé par les nazis. Son fils, kidnappé plusieurs années auparavant, était en réalité entre les mains d’Hitler et Charles Lindbergh avait ordre de faire ce qu’on lui disait s’il ne voulait pas voir son enfant exécuté.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >