Le Complot contre l'Amérique

par

«Complot contre l’Amérique» et témoignages

A) Un double regard.

Toutes les descriptions du roman sont faites par le biais d’un double regard. En effet, nous avons le point de vue du jeune narrateur, un petit garçon, mais aussi celui du Philip Roth adulte qui décrit habilement le naufrage de l’Amérique dans la mer du nazisme, la déchéance de la plus grande démocratie du monde, et l’échec du rêve américain. En témoigne le cauchemar du petit Philip, qui, très éprouvé par l’inquiétude manifeste de ses parents rêve d’une armée de croix gammées souillant ses précieux timbres : « Sur tout, sur les falaises, les bois, les rivières […] sur tout ce que l’Amérique avait de plus bleu, de plus vert, de plus blanc, et qui devait être préservée à jamais dans ces réserves des origines, était imprimée une croix gammée noire ».

Cette image très symbolique est issue de la pensée de l’auteur/narrateur, c’est-à-dire de Philip Roth adulte. Elle exprime parfaitement la sournoise montée du nazisme en Amérique du Nord. L’objectif de Philip Roth est de laisser une trace indélébile dans l’esprit du lecteur, tout en illustrant la terreur ressentie par le jeune narrateur.

De même, nous pouvons noter que la description des événements et des personnages, ainsi que les discours tonitruants du chroniqueur de radio Walter Winchell ne peuvent relever du seul regard ou du souvenir d’un petit garçon de sept ans.

Par ce procédé de double narration, Roth parvient à donner à son récit la candeur et la spontanéité de l’enfance, mais aussi la précision et l’expérience d’un regard adulte. Chacun de ces événements a une conséquence sur...

Inscrivez-vous pour continuer à lire «Complot contre l’Amérique» et témoignages >

Dissertation à propos de Le Complot contre l'Amérique