Le Défi d’Olga

par

Résumé

L’action se déroule à Paris au début des années 1990. Le personnage principal du roman, Olga Kourganova, est une octogénaire vivant dans un petit appartement empli de bibelots venus de ses parents, des Russes blancs qui ont fui la révolution bolchevique au début du XXe siècle. Sa vie se partage entre ses souvenirs et ses proches : son fils Boris, son ex-belle-fille Caroline, et Viviane, l’ex-maîtresse de Boris, qui tiennent un restaurant russe.

Son calme quotidien est bouleversé quand Dimitriev, un Russe qui exerce le métier de traducteur, la pousse à traduire en français, dépoussiérer et publier des écrits de jeunesse qu’elle rassemble sous le titre Les Demoiselles du Château. C’est le récit quelque peu romancé de son adolescence passée dans une pension russe aristocratique de la banlieue parisienne, une période de sa vie dont elle garde, de loin, le meilleur souvenir.

À sa grande surprise, le public découvre en elle une écrivaine de grand talent. Elle devient très vite la coqueluche des médias, les ventes de son livre s’envolent. Les Demoiselles du Château sont bientôt suivies par un deuxième ouvrage, La Voleuse d’étincelles. Le succès ne se dément pas, à tel point que Dimitriev propose à Olga de publier ses livres en russe – langue dans laquelle ils ont été écrits – et en Russie. Car c’est l’époque où l’Empire soviétique disparaît pour laisser place à un pays neuf, en jetant au loin les contraintes du bolchevisme. Olga est très difficile à convaincre, car autant elle adore le souvenir de la Russie des tsars telle que ses parents l’ont connue, autant elle exècre ce que le pays est devenu sous la domination des soviets. Elle a en outre de la méfiance pour les dirigeants de la nouvelle Russie. Elle finit par accepter que ses ouvrages soient publiés dans son pays natal, mais il est hors de question qu’elle s’y rende.

Son fils, Caroline, Viviane et son traducteur font tout leur possible pour la convaincre, mais rien n’ y fait : Olga refuse catégoriquement de partir pour Moscou. Elle vit comme autant de trahisons les voyages au pays effectués par Viviane, Caroline ou des amies de pension.

28 Rue des Belles Feuilles, mince volume racontant les souvenirs de ses parents, paraît en librairie et reçoit un accueil triomphal. Elle mûrit un nouveau projet littéraire, Sainte Russie ou maudite Russie ?, où elle traiterait de l’évolution de son pays natal.

Le patient travail de persuasion de ses proches finit par payer : Olga décide finalement de partir pour Moscou, en septembre 1992. Hélas, elle ne peut goûter à la joie des retrouvailles avec le pays de ses aïeux, car elle est terrassée par un accident vasculaire cérébral peu de temps avant son départ.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >