Le Faucon Malté

par

Lauren Bacardi

Quand Nicholas et Herbert – et le lecteur – font sa connaissance, elle apparaît comme « une femme d'une cinquantaine d'années, vêtue comme si elle en avait trente, couverte de bijoux clinquants qui brillaient de mille feux et probablement destinés à détourner l'attention de celle qui les portait. Elle avait dû être très belle, à une époque, mais le temps ne l'avait guère épargnée. Sa voix était voilée, sa gorge avachie. » Elle habite un appartement triste, voire déprimant : « C'était un lieu consacré au passé, sans ouverture sur l'avenir, où stagnaient l'humidité et les souvenirs jaunis. » Mais qu'on ne s'y trompe pas : cette femme que la vie n'a pas épargnée et qui apparaît de prime abord comme un personnage un peu minable, débloque la situation quand elle se retrouve prisonnière avec Nicholas de Gott et Himmel, grâce à ses talents de contorsionniste. De plus, c'est elle qui, à la fin du roman, empoche les diamants. C’est cependant un personnage positif puisqu'elle extrait une pierre précieuse de son butin pour la donner aux deux frères détectives.

Son personnage de femme fatale un peu fanée, prénommée Lauren, qui paraît issu d'un film noir de la grande époque est un clin d'œil à Humphrey Bogart, interprète du rôle principal du film Le Faucon maltais, (classique du genre) dont l'épouse était Lauren Bacall. 

Inscrivez-vous pour continuer à lire Lauren Bacardi >

Dissertation à propos de Le Faucon Malté