Le Faucon Malté

par

Nicholas Simple alias Nick Diamant, jeune homme seul parmi les adultes

Le personnage du jeune garçon seul parmi les adultes est cher à Anthony Horowitz. Les parents de Nicholas sont en effet partis pour l’Australie – personnages bizarres, ces parents : le père est vendeur de portes : « Notre maison était la seule du voisinage à compter dix-sept entrées. Quant à maman, elle travaillait à mi-temps chez un marchand d’animaux. Ce fut après qu’une perruche enragée l’eut mordue qu’ils décidèrent d’émigrer. Personnellement, l’idée ne m’enchantait pas, mais, bien entendu, personne ne me demanda mon avis. Vous savez comment se comportent certains parents avec leurs enfants. Je ne pouvais même pas éternuer sans une autorisation signée en deux exemplaires. » Voilà bien le problème des héros d’Horowitz : ils ne supportent pas de vivre soumis à l’arbitraire des adultes. Alors Nicholas s’enfuit afin de rester à Londres.

         Il va donc vivre avec son frère, ce qui ne l’enchante pas vraiment : « Ni Herbert ni moi ne nous entendions avec nos parents. C’était d’ailleurs l’un de nos deux uniques points communs, le second étant que nous ne nous entendions pas ensemble. » Bon gré mal gré, les deux frères cohabitent. La sottise et la maladresse de l’aîné sont comiques pour le lecteur mais insupportables pour Nicholas, plus intelligent, mais dont les mérites ne sont jamais reconnus par Herbert, alias Tim Diamant, le grand détective. La plus grande reconnaissance qu’il puisse espérer est celle-ci : « Mon frère se releva d’un bond pour me déposer un gros baiser humide sur le front, mais il ne songea même pas à me remercier. »

         Ce qui isole Nicholas parmi les adultes qui l’entourent, c’est que ceux-ci ne reconnaissent pas son intelligence et le traitent en gamin. L’adolescent est plus intelligent que la plupart des jeunes gens de son âge, mais aussi des adultes. Heureusement, quelques adultes reconnaissent en lui un garçon atypique et brillant. C’est le cas de l’inspecteur-chef Snape et de Betty Bacardi. Par la force des choses, les dangereux adversaires que sont le Gros, Béatrice von Falkenberg ou Gott et Himmel finissent par voir en lui un redoutable ennemi et le traitent en adulte : ils cherchent tout bonnement à le tuer sans considération pour son jeune âge.

         « Pour ma part, je disposais d’autant d’autonomie qu’une table à thé. » C’est le triste constat que fait Nicholas quand il contemple sa vie de fils et de frère. Quel jeune lecteur ne se reconnaîtrait pas dans cette phrase ? Alors il prend les choses en main et gagne son autonomie. Mais celle-ci a un prix : la solitude. Elle est parfois bien pesante. Seule Betty Bacardi, autre personnage emprisonné dans la solitude, saura trouver les mots pour atteindre son cœur : « Tu es un gentil garçon, tu mérites ce qui existe de meilleur. »

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Nicholas Simple alias Nick Diamant, jeune homme seul parmi les adultes >