Le joueur d’échecs

par

Le symbolisme des échecs

Ce n’est point par pur hasard que Zweig nomme cette nouvelle Le Joueur d’Echecs. Lorsqu’on associe le nom de cette œuvre au contexte historique dans lequel elle est située, on peut se faire une idée réelle de la raison pour laquelle Zweig a décidé d’utiliser un jeu d’échecs pour faire passer son message.

Pour certains, les jeux de stratégie ne sont que pur divertissement. Pour d’autres (comme Czentovic) c’est le moyen idéal de s’enrichir, et pour d’autres encore, c’est une activité qui stimule et occupe l’esprit (M. B). Mais le narrateur lui, pense que les échecs seraient quelque chose d’encore plus profond: « Mais n’est-ce pas déjà le limiter injurieusement que d’appeler les échecs, un jeu ? N’est-ce pas aussi une science, un art, ou quelque chose qui, comme le cercueil de Mahomet entre ciel et terre, est suspendu entre l’un et l’autre, et qui réunit un nombre incroyable de contraires ? »

Le jeu d’échecs que mènent Czentovic et M. B constitue une opposition de deux esprits, de deux pouvoirs, de deux mentalités et d’adversaires conflictuels. L’un, confiant dans ses capacités, doté d’une maitrise de soi incomparable et quelque peu imbu de sa personne, mène sa stratégie si bien jusqu’à ce qu’il déstabilise son adversaire. Et l’autre, intelligent et modeste, mais aussi moins expérimenté que le premier, laisse percevoir sa faiblesse et se fait battre à cause de son manque de contrôle. Mais le jeu regorge de rebondissements, avec chaque adversaire prenant respectivement le dessus sur l’autre, et chacun aussi concentré que l’autre : « Raide et immobile comme une souche, Czentovic, très bien rodé, ne quittait pas l’échiquier des yeux. ». Le jeu prend une intensité et une ampleur qui dépasse le divertissement, et entre les adversaires il se développe quelque chose de bien plus profond que le simple désir de gagner : « Entre les deux joueurs était née soudain une dangereuse tension, une haine passionnée. Ce n’étaient plus deux partenaires qui voulaient éprouver leur force en s’amusant, c’étaient deux ennemis qui avaient juré de s’anéantir...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le symbolisme des échecs >

Dissertation à propos de Le joueur d’échecs