Le Journal d'une femme de chambre

par

Impact de l’œuvre

Du fait du cadre social et politique qui en entourait lapublication, Le Journal d’une femme dechambre a été l’objet de plusieurs critiques. Le roman s’attire denombreuses foudres tant par la personnification terre à terre de l’esclavagemoderne et de la décadence sociale qui y est présentée que par les retombéessociale de l’Affaire Dreyfus. Mirbeau ne manque pas de créer une polémique parcet ouvrage et sa volonté manifeste d’en faire un pamphlet ressort desrévisions nombreuses auxquelles le roman a été soumis :

PierreMichel, président de la Société Octave Mirbeau, écrit à ce sujet : « La conjoncture historique oùs’inscrit la trajectoire de Célestine permet au pamphlétaire dreyfusiste demultiplier les piques à destination des intellectuels antidreyfusards (PaulBourget, François Coppée et Jules Lemaître), de glisser des allusionsassassines aux forfaitures du général Mercier ».

Le Journald’une femme de Chambre, par les nombreuses infractions à la règle de lavraisemblance et de la bienséance, interpelle le lecteur. Mais ce n’est pasuniquement de la décadence de la bourgeoisie qu’il est question, c’est égalementdes tares de la domesticité. Mais alors que le roman est critiqué par labourgeoisie et l’Église qui en dénoncent l’immoralité, il est modérément bien accueillipar les anarchistes et les socialistes, car le roman ne présente pas une lutterévolutionnaire au profit des prolétaires, mais il tend à nier les efforts decette classe sociale plutôt qu’à les encourager.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Impact de l’œuvre >