Le lys dans la vallée

par

Lady Arabelle Dudley

Lady Arabelle Dudley est l’antithèse de la comtesse de Mortsauf. Mordant la vie à pleines dents, elle fait partie des cercles mondains des salons parisiens. Vivant pour satisfaire ses envies, refusant la restriction qu’impose la religion ou une moralité à laquelle elle reste indifférente, la succube à laquelle Félix croit tout d’abord résister à tôt fait, en quelques lignes brièvement explicitées dans la lettre de celui-ci à Natalie, de briser la résistance de l’aristocrate qui continue de défendre sa morale en s’affirmant comme fidèle à son premier amour, la lady anglaise n’ayant jeté bas que sa vertu corporelle « Elle voulait du poivre, du piment pour la pâture du cœur. Quoique gardé par ma passion, je n'étais pas à l'âge où l'on reste insensible aux triples séductions de l'orgueil, du dévouement et de la beauté. »

Ainsi, là où Henriette de Mortsauf échoue et ne peut être comblée, lady Arabelle contourne le problème avec une aisance et une insouciance remarquable. Elle n’est pas faite pour vivre dans la frustration et le désir inaccompli, aussi dispense-t-elle au jeune vicomte, une éducation sexuelle pour le moins réussie.

La lady est cependant consciente de l’amour indéfectible qui lie le jeune Vandenesse à sa triste comtesse. Elle ne se cache pas de son impuissance à pouvoir combler le cœur de son amant, mais par orgueil, elle ne tente même pas de connaître l’adresse à laquelle celui-ci écrit souvent. Félix-Amédée se montre de plus en plus résistant quand Arabelle Dudle tente davantage de percer les défenses de son âme et sa résistance donne encore envie à la lady de posséder son âme en plus de son...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Lady Arabelle Dudley >

Dissertation à propos de Le lys dans la vallée