Le médecin volant

par

Farce et Commedia dell’arte

La farce est un genre théâtral quiapparaît dès l’Antiquité mais officialisé en tant que tel au Moyen Âge. Elle apour but de faire rire et peut présenter des côtés grossiers. Au début du MoyenÂge, au-delà du divertissement, elle peut être vue comme un moyen de dénonciationdont se servent les comédiens. Elle est satirique mais elle évite la censurecar elle fait rire le public et ne ressemble pas à une dénonciation sérieuse.

La commedia dell’arte est un genrethéâtral né au XVIe siècle, nommé ainsi au XVIIIe. Il secaractérise par l’improvisation des acteurs. On retrouve des caractéristiquesde ce genre dont celle-ci dans Le Médecinvolant, lorsque certains discours du texte se terminent par des« etc. » par exemple, lesquels laissent la possibilité aux acteurs d’improviserpour terminer leurs répliques. On retrouve dans la commedia dell’arte desthèmes récurrents comme les mariages contrariés (comme celui de Lucile avecVillebrequin), des conflits de générations qui sont prétextes à des proposparfois obscènes et à des conflits. Les personnages sont souvent de jeunesamants (comme Lucile et Valère), des valets malicieux (comme Sganarelle), ouencore des étudiants, des vieillards avares, etc.

Molière a donc introduit un nouveaustyle en France au XVIIe siècle en apportant un peu de commediadell’arte à la farce. En effet, à cette époque, les trois genres dramatiquescorrespondaient aux divisions sociales : la tragédie se superposait à lanoblesse, la comédie à la bourgeoisie, et la farce au peuple. Molière s’estinspiré des répliques de la commedia dell’arte dans l’écriture de ses farces,il y ajoute ainsi des quiproquos ou de l’humour bouffon par exemple. De cettemanière, Molière a inventé un nouveau genre de farce en France, destiné à unpublic plus large que le peuple, puisqu’il peut s’adresser aussi aux bourgeoiset aux nobles. On peut retrouver ce mélange farce-commedia dell’arte dans latrès fameuse pièce Les Fourberies deScapin.

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Farce et Commedia dell’arte >