Le Monde perdu

par

L’évolution des personnages

Dans Le Monde perdu de Conan Doyle, le lecteur est mis en présence de personnages très charismatiques et aux personnalités remarquables. En particulier, les deux scientifiques : le professeur Challenger et le professeur Summerlee, marquent fortement l’esprit.

D’une part, le professeur George Edward Challenger est présenté comme un homme extrêmement brillant, convaincu de son talent, mais aussi à l’égo surdimensionné et de caractère violent. Il rappelle par son arrogance le personnage de Sherlock Holmes créé par le même auteur. D’autre part, nous est présenté le professeur Summerlee, sceptique et sarcastique, qui se dresse en rival du professeur Challenger. La querelle scientifique entre les deux personnages est l’un des moteurs du récit d’aventures. Ils ne cessent de se confronter par le biais de leurs thèses, parfois même en présence de questions plus pressantes, ne se concédant que de rares instants de répit.

« Depuis le premier jour, il n’a jamais dissimulé son sentiment que le Pr Challenger était un truqueur, que nous étions tous embarqués pour une absurde chasse au canard sauvage, et que nous ne rapporterions d’Amérique du Sud rien d’autre que des déceptions et des fièvres, ainsi que du ridicule. Tel fut le point de vue qu’il nous exposa, tout en crispant ses traits fragiles et en secouant son bouc ; nos oreilles en furent rebattues de Southampton à Manaus. »

Toutefois, malgré leurs divergences, les deux personnages incarnent une dévotion complète à leur passion. Dès qu’ils aperçoivent les preuves des allégations du professeur Challenger, la fierté de Summerlee fait place à son esprit scientifique. Ils incarnent l’un des aspects du roman d’aventures où les épreuves et la difficulté du périple renforcent les liens entre les membres de l’expédition. La croissance de leur respect mutuel va de pair avec la progression du caractère du narrateur.

« Alors les deux savants se haussèrent ensemble au niveau d’une atmosphère scientifique raréfiée en oxygène, où les possibilités d’une modification du taux des naissances étaient mises en balance avec la déficience croissante des moyens d’existence. Longuement ils débattirent de la lutte pour la vie. »

Au début du récit, Ned Malone est un simple journaliste de vingt-trois ans empressé de faire la preuve de son courage à la femme qu’il aime. Il n’a rien de spécial et paraît presque peureux quand il est comparé aux autres membres de l’expédition. À travers le récit, on le voit passer du personnage aisément dégoûté à l’idée d’être piqué par une tique à un homme qui égale ses braves compagnons de route en courage et en force de caractère.

« Là-dessus, avec humilité et gratitude, je clos le chapitre de nos aventures. Nos yeux ont vu de grandes merveilles et nos âmes sont épurées par ce que nous avons enduré. Tous, nous sommes devenus meilleurs et plus graves. Peut-être serons-nous obligés de nous arrêter à Para pour radouber notre bateau. Dans ce cas, cette lettre sera d’une poste en avance sur nous. Sinon j’espère, cher monsieur McArdle, avoir très bientôt le plaisir de vous serrer la main. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L’évolution des personnages >