Le petit Nicolas

par

Des thèmes résolument enfantins

Les auteurs ont choisi de raconter les aventures d'un petit garçon au primaire, avec tous ses amis, ses problèmes et ses questions. Leur choix de conserver le côté enfantin de leurs personnages, de ne pas les faire grandir, afin de garder intacte une certaine fraîcheur, de provoquer une sensation de retour en arrière, permet d’immerger le lecteur dans une certaine intemporalité. Cela permet également au lecteur d'être accoutumé à ce petit héros qui ne change pas, attendrissant dans sa manière de voir les choses et de les raconter. L'utilisation ici du point de vue externe n'empêche pas d'entrer dans le livre et de s'identifier aux différents personnages.

Les thèmes ne sont jamais des sujets d'actualité graves : on y aborde surtout les petits malheurs de récréation, l'ennui d'aller à l'école, les disputes avec ses copains ou entre les parents, mais il n'est jamais question de vraie violence, de divorce ou de méchanceté gratuite. Les fins sont joyeuses, il n'y a jamais de moments tristes, et tout est décrit avec un humour certain, qui apporte une touche de tendresse qui bénéficie au héros.

La candeur du livre et du ton sur lequel il est raconté plonge le lecteur dans un monde résolument enfantin et pourtant très agréable car loin d'être trop « bébé » et niais. L’œuvre aborde avec humour, détachement et naïveté, des thèmes de la vie de tous les jours, même si les sujets sensibles sont occultés, ce qui permet de s'évader le temps de la lecture...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Des thèmes résolument enfantins >

Dissertation à propos de Le petit Nicolas