Le Premier Homme

par

La mère

La mère de Jacques Cormery est un personnage effacé de la famille. Elle évolue à l’ombre de l’autorité incontestée de la grand-mère qui règne sur elle comme elle règne sur les petits-enfants. Bien qu’elle ne puisse pas empêcher les humiliations et les vexations de l’enfant, elle est la figure consolatrice auprès de laquelle il va chercher le réconfort.

Lorsqu’il la retrouve, elle est devenue complètement sourde, mais il la trouve toujours aussi belle qu’il l’a toujours vue à travers ses yeux de fils. Bien qu’il n’ait que de bons propos à son sujet, il la décrit comme étant « passive ».

L’aspect autobiographique de l’œuvre ressort dans cet amour que porte le personnage à sa mère. En effet, Camus considérait sa mère comme « la seule femme qu’il ait jamais aimée », et déclarait que « dans notre société tout homme qui ne pleure pas à l’enterrement de sa mère risque d’être condamné à mort ».

« douce, polie, conciliante, passive même, et cependant jamais conquise par rien ni personne, isolée dans sa demi-surdité, ses...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La mère >

Dissertation à propos de Le Premier Homme