Le Premier Homme

par

Un décor réaliste

Les lieux de l’œuvre sont des lieux réels. En effet, Solférino est bel et bien un village algérien, proche de la Tunisie. Toutefois, il ne s’agit pas du village dans lequel a grandi Camus. La population de ce village et des lieux environnants est également dépeinte de manière réaliste.

« dans son petit appartement des tournants Rovigo, presque au pied de la Casbah, un quartier qui dominait la ville et la mer, occupé par des petits commerçants de toutes races et de toutes religions, où les maisons sentaient à la fois les épices et la pauvreté. »

Jacques Cormery décrit la pauvreté et ses conséquences de manière exacte. Les habitants de Solférino sont analphabètes. Ils respectent les figures de l’éducation (comme le professeur de Jacques), et se sentent inférieurs aux plus aisés (comme le maire). La question se pose alors de savoir si l’auteur a seulement voulu conserver un aspect réaliste à son œuvre ou s’il a également cherché à dénoncer les conditions de vie des populations des villages pauvres.

« La rue de Pierre, qui conduisait au marché, était jalonnée de poubelles, que des Arabes ou des Mauresques faméliques, parfois un vieux clochard espagnol, avaient crochetées à l'aube, trouvant encore à prendre dans ce que des familles pauvres et économes dédaignaient assez pour le jeter. Les couvercles de ces poubelles étaient généralement rabattus, et à cette heure de la matinée les chats vigoureux et maigres du quartier avaient pris la place des loqueteux. »

 

Inscrivez-vous pour continuer à lire Un décor réaliste >

Dissertation à propos de Le Premier Homme