Le réveillon du jeune tsar

par

La réalité de la vie en Russie vue par Tolstoï

Lorsque le tsar s'endort, épuisé, un personnage mystérieux apparaît et l'entraîne faire le tour de son royaume. Au cours de ce voyage, le tsar est témoin de terribles situations, toutes consécutives aux décisions qu'il a prises un peu plus tôt dans l'exercice de ses fonctions. Tolstoï, grand propriétaire lui-même et donc, comme le tsar, en position dominante dans son pays, s'est beaucoup interrogé au cours de sa vie sur le moyen d'améliorer les conditions de vie de ses compatriotes. Le tableau qu'il dresse ici de son pays est alarmant. On voit tout d'abord un garde-frontière contraint d'abattre un contrebandier pour obéir à la loi. La famille du contrebandier est désespérée par sa mort, et le soldat est amer d'avoir eu à prendre la vie d'un de ses semblables en raison des ordres impériaux. Tolstoï décrit en détail le cadavre du contrebandier (« ses pieds nus aux gros orteils sales ») à la fois pour illustrer le choc du tsar devant cette vision, et aussi pour causer ce même choc chez son lecteur. Le contrebandier est un être au-delà de son occupation : il est d'abord un homme pauvre qui se livre au trafic pour soutenir sa famille. La dignité de cette famille tranche avec l'échange qu'on voit juste après entre le compagnon survivant du contrebandier et l'homme avec qui il fait affaire. Ici la mort d'un homme est réduite à un « risque » du métier.

La scène suivante montre une famille dont l'enfant de neuf ans est mourant, après qu'il a été saoulé à l'eau de vie trafiquée, en conséquence du monopole sur les spiritueux signé par le tsar plus tôt dans la journée – « Il est effrayant de songer que tout ce qui a un pouvoir, les fonctionnaires, le tsar...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La réalité de la vie en Russie vue par Tolstoï >

Dissertation à propos de Le réveillon du jeune tsar