Le roi Arthur

par

Résumé

C’est une idée imprudente que de vouloir prendre la marée de vitesse ! C’est ainsi qu’un jeune garçon se trouve piégé par les eaux qui cernent les îles de Scilly, au large de la Cornouailles. La mer monte, le brouillard s’épaissit, et ses forces l’abandonnent… L’adolescent voit sa dernière heure venue et perd connaissance. Quand il revient à lui, il est veillé par un homme âgé, au visage noble et au regard bienveillant ; à son côté se trouve un beau chien courant. L’homme se présente : il se nomme Arthur Pendragon, et son chien Bercelet. C’est le roi Arthur, celui de la légende, qui régna sur la Bretagne – que les Français appellent Angleterre – avant qu’elle ne soit envahie par les Saxons. Devant le jeune garçon ébahi, le vieil homme raconte son histoire, le temps que sèchent les vêtements de l’imprudent aventurier.

Arthur a été élevé dans les montagnes de Galles par un noble seigneur. C’est Merlin, le sage magicien, qui l’a confié à un couple de petite mais bonne noblesse, afin que l’enfant apprît la chevalerie. Cependant, son statut de bâtard le relègue au second rang, derrière Kay, le fils légitime du seigneur. Quand ce dernier et Kay sont conviés à Londres pour participer à l’assemblée des nobles qui doivent désigner le suzerain de Bretagne, c’est comme écuyer qu’il les accompagne. Aussi quelle n’est pas la stupeur générale quand Arthur, frêle adolescent, parvient à extraire une épée coincée dans un rocher magique : c’est le signe qu’il est destiné à régner, car lui seul est parvenu à accomplir cet exploit. Merlin apparaît alors, flanqué de son chien Bercelet, et désigne formellement Arthur comme le nouveau suzerain de Bretagne : il est le fils d’Utha Pendragon et de la reine Igraine. À lui de reconquérir son royaume, d’asseoir son autorité et de défendre ses terres. Merlin se chargera de l’éducation du jeune roi et le soutiendra pendant la guerre qu’il doit mener contre les envahisseurs saxons ou ceux venus d’Irlande.

Durant trois ans, la guerre fait rage. Le courage du jeune roi rassemble autour de lui de valeureux chevaliers à sa cour de Camelot. Un à un, les seigneurs qui n’avaient pas embrassé sa cause de prime abord se joignent à lui. Enfin, les envahisseurs sont chassés de Bretagne. Arthur a affirmé son autorité et accompli maintes prouesses. Son royaume, Logres, est en paix. Séduit par la grâce de Guenièvre, fille du roi Leodegraunce, il est résolu à l’épouser et lui jure un amour éternel. Malheureusement, une inconnue d’une redoutable beauté s’introduit pour une nuit dans son lit, et lui fait manquer à son serment de fidélité. Cette faute hantera Arthur toute sa vie, car elle est la graine du malheur qui détruira son royaume.

C’est à ce moment que Merlin emmène Arthur au bord d’un lac où, dissimulée par la brume, se cache l’île d’Avalon. Une dame surgit et tend à Arthur une épée : c’est Excalibur, l’arme parfaite au fourreau magique. La Dame du Lac se nomme Nemue et jouera un grand rôle dans la vie du roi. Arthur épouse ensuite Guenièvre, contre l’avis de Merlin qui sait quels malheurs engendrera cette union. C’est à ce moment qu’apparaissent les trois demi-sœurs d’Arthur, filles d’Igraine et de son premier mari : ce sont des femmes perfides qui ne pensent qu’à s’emparer du royaume. Elaine et Margawse sont veuves car leurs époux, révoltés contre Arthur, ont péri lors de combats remportés par le jeune roi. Quant à Morgane, la troisième, elle est le Mal incarné. Cette femme qu’on surnomme la Fée possède des pouvoirs maléfiques dont elle usera sans merci contre son demi-frère. En voyant Margawse, Arthur a la stupeur de reconnaître la femme qui lui a fait oublier son serment de fidélité à Guenièvre. Cette nuit-là, il lui a donné un fils, Mordred. La femme abandonne le bambin à Camelot. C’est Guenièvre qui élèvera cet enfant qui ne sera aimé de personne, à cause de sa cruauté et de la bassesse de ses sentiments. Quant à Morgane, elle usera de mille stratagèmes pour nuire à Arthur ; il faudra que le roi déploie tout son courage pour contrecarrer les perfidies de sa demi-sœur. Au terme de bien des combats, après maints sortilèges, Arthur et Guenièvre peuvent enfin régner en paix sur le royaume. Merlin a quitté Arthur, devenu apte à régner seul. La cour de Camelot attire les plus braves chevaliers, rassemblés autour du roi qui les fait asseoir à une vaste table ronde où chacun a sa place marquée à son nom. Gauvain, Perceval, Bors et Bedevere en font partie.

Lancelot est aussi l’un d’entre eux. Le jour de son arrivée à Camelot, il guérit miraculeusement un chevalier d’une blessure mortelle. Il est le fils du roi Ban de Benwick, il a été élevé par Dame Nemue. Il est le plus fort et le plus loyal des compagnons d’Arthur et très vite il devient son ami le plus cher. Lancelot passe des journées entières auprès du roi et de Guenièvre. Sage conseiller, il allie courage et bienveillance, il est l’incarnation de l’idéal chevaleresque. Mais un matin, il disparaît, laissant Arthur décontenancé par ce départ, et plongeant Guenièvre dans une mélancolie qui aurait dû alerter le roi. Ce dernier envoie ses chevaliers à la recherche de Lancelot, en vain, et son absence dure des années, jusqu’au jour où Bors amène à Camelot un homme vieilli, titubant : c’est Lancelot. Il a fui la cour en raison d’un lourd secret : il aime Guenièvre. Ses pas l’ont mené à Corbenic, où il a occis le dragon qui ravageait les terres du roi Pelles. Elaine, la fille de celui-ci, est tombée amoureuse du beau chevalier et en a eu un enfant. Mais le souvenir de Guenièvre a empêché Lancelot de rester auprès d’elle. Honteux de sa conduite et de ses sentiments, Lancelot cherchait l’oubli et menait une vie d’ermite quand Bors l’a retrouvé et ramené à Camelot. Bientôt, c’est le corps d’Elaine qu’on amène à la cour, avec son enfant, le petit Galaad, qui sera élevé à Camelot.

De son côté Gauvain, autre chevalier de la Table Ronde, répond un jour au défi d’un chevalier étrange ; vert de la pointe des chausses à celle des cheveux, ce colosse défie qu’on le frappe une seule fois, en annonçant qu’il rendra le même coup un an plus tard. Gauvain se lève et coupe la tête du vantard, qui se relève aussitôt et s’en va, emportant sa tête sous son bras. Gauvain ne peut se dérober et un an plus tard il prend le chemin de la Chapelle Verte, logis du chevalier vert. Il touche au but quand il est hébergé chez un seigneur hospitalier qui l’accueille et le traite en frère. L’épouse de celui-ci va plus loin, et par trois fois tente de séduire le jeune chevalier, qui résiste à la tentation de trahir la confiance du seigneur. Quand enfin il parvient à la Chapelle Verte, le chevalier vert l’attend la hache à la main. Par trois fois il feint de trancher le cou de Gauvain, éprouvant ainsi son courage. Quand le fil de la hache le blesse, Gauvain se dresse, tire son épée, et le chevalier vert se métamorphose alors : c’est le seigneur à la trop hospitalière épouse qui apparaît. Il lui explique que les derniers évènements suivaient le dessin d’un plan destiné à éprouver son esprit chevaleresque, et Gauvain peut alors reprendre le chemin de Camelot sain et sauf.

Un soir, un triste troubadour se présente au château : il chante les funestes amours de Tristan, chevalier de Cornouailles. Depuis toujours, ce pays est en guerre avec l’Irlande. Un jour, un émissaire se présente à la cour et lance un défi à l’assemblée : qu’un champion le batte et l’Irlande se soumettra ; dans le cas contraire, la Cornouailles sera à la merci de la reine d’Irlande. Tristan relève le défi et tue l’émissaire, qui n’est autre que Marhault, le propre fils de la reine. Iseut, sa sœur, jure alors de le venger. Tristan est envoyé en Irlande par Marc, roi de Cornouailles, sceller une alliance entre les deux royaumes : Marc entend épouser Iseut, la fille de la reine d’Irlande. L’accord est conclu après que Tristan eut occis l’homme-dragon qui ravageait le pays. Iseut est amenée en Cornouailles à la cour de Tintagel par Tristan. Hélas, les deux jeunes gens tombent éperdument amoureux l’un de l’autre pendant le trajet. Quand le roi Marc s’en aperçoit, il chasse Tristan de Tintagel. Ce dernier trouve refuge au loin, au pays d’Arundel, où il épouse une femme nommée également Iseut. Blessé au cours d’une chasse, il meurt sans avoir jamais oublié la belle femme qu’il amena d’Irlande pour son roi. Iseut meurt de chagrin, et le roi Marc fait enterrer les deux jeunes gens côte à côte.

Bien des années ont passé quand Perceval paraît à Camelot. Galaad et Mordred sont maintenant adultes : le premier est un garçon réservé et pieux, tandis que le second fait toujours montre d’une grande fourberie. Perceval est fils de roi : Pelinore, son père, fut compagnon d’Arthur et tué au combat. Sa mère l’a élevé loin des armes et des hommes, au cœur de la forêt. Un jour, le jeune homme a trouvé une javeline, dont il apprit seul le maniement. Il croisa ensuite la route de Lancelot et de ses frères. Émerveillé par l’équipement des preux chevaliers, le jeune garçon les suivit et se présenta à Camelot. Bientôt, il a l’occasion de prouver son courage et son habileté en tuant un chevalier hâbleur ayant offensé Arthur. Adulte vigoureux au visage enfantin, Perceval est un être guidé par la bonté et non par la vengeance. Peu de temps après l’arrivée de Perceval à Camelot, la Dame du Lac paraît et annonce que le plus pur des chevaliers doit se mettre en quête du Graal, la coupe qui a recueilli le sang du Christ. Ce chevalier, ce sera Galaad. Arthur accepte de le voir partir, et enjoint à Lancelot de l’accompagner dans sa quête ; voilà l’occasion de se débarrasser d’un rival.

En effet, depuis le retour de Lancelot à Camelot, ses amours avec Guenièvre ont pris un tour coupable et Arthur est devenu la risée de ses ennemis, menés par Mordred. Le vieux roi aurait besoin du soutien de bons amis, mais la jalousie et l’usure du pouvoir ont fait leur œuvre, et Arthur se retrouve bientôt isolé. Nombre de ses plus vaillants chevaliers partent en quête du Graal, et Guenièvre, privée de l’amour de Lancelot, se meurt peu à peu. Quand elle reprend vie, toute la cour a compris que le chevalier est de retour et que la reine va le voir en secret ; seul Arthur ignore la vérité. Quand Mordred vient méchamment la lui révéler, sa colère est terrible : il bannit Lancelot et condamne Guenièvre à être brûlée. Lancelot délivre la reine à l’ultime instant, et c’est le début d’une guerre fratricide entre le roi et celui qui fut son meilleur ami. Il est trop tard quand Arthur comprend qu’il a eu tort de suivre les mauvais conseils de Mordred : ce dernier a profité de la guerre pour s’emparer du royaume. L’œuvre du roi Arthur est réduite à néant, le royaume de Logres est en cendres. Au cours d’une ultime bataille, l’armée d’Arthur affronte celle de Mordred : le père et le fils se battent à mort. Arthur tue Mordred, qui blesse grièvement son père. Le souverain blessé fait jeter Excalibur dans le lac voisin, puis il est emmené par les servantes de Dame Nemue jusqu’à une retraite secrète. Là, le temps s’est arrêté. Arthur, avec pour seul compagnon le fidèle Bercelet, attend, depuis des centaines d’années, le moment où son royaume renaîtra.

La visite du jeune imprudent est-elle un signe ? Arthur a terminé son récit, et il invite son hôte à rentrer chez lui en lui faisant cadeau d’un gland venu du chêne planté par Merlin à Camelot. C’est la seule preuve tangible de l’aventure du jeune garçon, qui se demande s’il n’a pas rêvé. Il plante alors le gland derrière sa maison. La légende d’Arthur se poursuivra-t-elle ?

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >