Le roi Arthur

par

Le désir d’être important

Personnage central du roman, Arthur est celui qui est principalement affecté par ce problème, même si on peut en détecter une certaine forme chez Merlin. Le désir d’être important se manifeste dans le roman, quand d’abord Arthur se décide à se passer de Merlin, puis ensuite quand il exprime son acrimonie vis-à-vis des chevaliers de la table ronde qui partent à la quête du Graal. On le lit dans ce souci constant de vouloir affirmer son autorité au risque de tomber dans l’autoritarisme. « Suis-je encore le roi, oui ou non ? » demande-t-il non sans aigreur et juste pour la forme, afin de mieux faire sentir à ses sujets son importance. Le désir d’importance quoiqu’étant d’après les psychologues, l’un des rouages important du psychisme, peut vite entraîner des dérives comme la mégalomanie, ou une jalousie maladive. Dans le cas de Merlin, cette attitude est inconsciente, tant elle est inhérente non seulement à sa personnalité, mais aussi à la somme de son savoir. En effet, parce que ses dons lui permettent de savoir, Merlin est toujours à même de donner les meilleurs conseils possibles. Mais son attitude peut se révéler parfois irritante parce qu’il ne sait pas mentir, dissimuler et surtout ménager les susceptibilités de ses interlocuteurs. Cette attitude peut être assimilée au désir d’être important en ce que dans sa connaissance, il n’a pas toujours la sagesse de savoir comment manœuvrer les autres.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le désir d’être important >

Dissertation à propos de Le roi Arthur