Le Spleen de Paris

par

Un idéal souillé

Le poète est ici sacrilège : il refuse l’idéalde beauté pour un idéal ambigu, à la limite de l’immoral. Les motifs de laprostituée et des pauvres composent le refus de Baudelaire d’un idéalromantique. Ce thème est sans cesse creusé, l’idéal étant à plusieurs reprisesexécuté (dans « Le Galant Tireur ») ou traîné dans la boue (dans« La Belle Dorothée »).

La souillure de la beauté et de l’idéal estorchestrée par un poète ambigu, violent et immoral. Baudelaire n’hésite pas àse peindre méchant, sadique, comme dans le poème « Assommons les pauvres! » où il bat à mort un mendiant pour que ce dernier reconquiert sa dignitéd’homme en lui rendant ses coups. Le poète descend lui-même dans la boue, sefrotte à la lie du monde, et accepte une telle dégradation car c’est là qu’iltrouvera une nouvelle beauté, paradoxale, qui nécessite la prose pour êtrechantée.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Un idéal souillé >