Le tumulte des flots

par

Yukio Mishima

Yukio Mishima est le pseudonyme de l’écrivain japonais Kimitake Hiraoka, né en 1925 et mort en 1970. Son œuvre constitue un mélange original entre la littérature occidentale et les traditions japonaises.

Son enfance est solitaire ; il est d’abord séquestré peu après sa naissance, jusqu’à ses onze ans, par une grand-mère hystérique qui vit dans la nostalgie du temps des samouraïs. Ses études au Collège des Pairs sont brillantes ; il est même récompensé par l’empereur. Le jeune Kimitake lit beaucoup, de la littérature classique japonaise, mais aussi l’écrivain contemporain Jun'ichirō Tanizaki ou des écrivains occidentaux comme Oscar Wilde, Rainer Maria Rilke, Jean Cocteau ou Raymond Radiguet. Il publie d’ailleurs dès 16 ans un roman, Le Bois du plein de la fleur, dans une revue littéraire, qui le voit entreprendre une veine romantique, l’auteur s’y montrant obsédé par les thèmes de la beauté et de la mort, le culte du passé.

Poussé par son père qui lutte contre ses tendances efféminées, son goût pour la littérature, il étudie le droit allemand à l’université impériale de Tokyo. Suite à l’erreur d’un médecin, qui le juge tuberculeux, il ne fait pas son service militaire et gardera un mélange de culpabilité et de regret de n’avoir pas pu prendre part à la guerre et mourir héroïquement.

Dès 1946, il rencontre le grand écrivain Yasunari Kawabata qui le fait entrer dans les nouveaux cercles littéraires. Après un passage d’un an au ministère des Finances, Mishima, qui collabore via ses nouvelles avec plusieurs revues, se consacre à la littérature.

L’écrivain publie dès ses 24 ans un de ses livres les plus connus, Confession d’un masque, récit semi-autobiographique dans lequel Kochan doit...

Inscrivez-vous pour continuer à lire  >

Dissertation à propos de Le tumulte des flots