Le tumulte des flots

par

Le poids de la societé

Dans toute communauté humaine, les membres qui la composent sont continuellement soumis au jugement de l’appareil social. C’est également le cas dans Le Tumulte des flots. La nouvelle d’une liaison entre Shinji et Hatsue fait très vite le tour de la petite île. Bientôt tout le monde est au courant et personne ne se prive de juger et de faire part de sa désapprobation : « un groupe de jeunes garçons assis autour de la table sous l’ampoule nue discutait avec animation un certain sujet. En apercevant Shinji, tous se turent à l’instant. Seul le tumulte des vagues dont l’écho flottait dans l’air emplissait la salle triste où il semblait n’y avoir âme qui vive ». On reproche à Hatsue de n’avoir pas fait preuve de vertu et de s’être laissé déflorer avant son mariage ; et Shinji n’est plus perçu comme le garçon intègre et travailleur qu’il a toujours été, mais comme un chenapan qui a sans doute usé de ruse pour parvenir à ses fins. Ainsi la vie des deux jeunes gens, transformée par tant de calomnies, commence à affecter l’existence de leurs proches : « Le lendemain soir la mère de Shinji s’était rendue à la réunion du dieu Kôshin, l’unique association féminine de l’île. Dès qu’elle parut tous les visages prirent un air glacial et les conversations s’arrêtèrent. Les femmes étaient en train de se livrer à des commérages. » Ainsi la mère et le petit frère de Shinji subissent autant que lui l’opprobre que la société jette sur eux. Et lorsque la nouvelle parvient jusqu’aux oreilles du vieux Miyata Terukichi, père de Hatsue, il décide d’interdire à sa fille de rencontrer à nouveau le jeune homme pour lequel elle éprouve des sentiments.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le poids de la societé >

Dissertation à propos de Le tumulte des flots