Le Vicomte pourfendu

par

Conclusion

Œuvre moderne, Le Vicomte pourfendu offre la visionmanichéenne d’un personnage dédoublé en deux pôles qui donne au récit l’aird’un conte, lequel se distingue par son absurdité et sa réflexion sur l’êtrehumain. L’œuvre d’Italo Calvino rappelle par là certains des mouvementslittéraires de son époque, comme le surréalisme du XXe siècle.

L’entièretrilogie à laquelle appartient Le Vicomtepourfendu est une œuvre du juste milieu, dans le sens où elle condamnetoutes les formes d’excès. Dans Le Baronperché, un jeune homme décide de vivre à jamais dans un arbre, jusqu’àsombrer dans la folie. Calvino, qui lui-même a un goût prononcé pour lesretraites solitaires, concède que la fuite totale hors de la société n’est pasbonne. De même dans Le Chevalierinexistant, qu’on pourrait considérer comme le négatif du Baron perché, Calvino, avec son histoirede chevalier très attaché au protocole mais qui concrètement n’est qu’unearmure vide, affirme qu’une tentative absolue de conformité à la norme estnocive. Tout, en somme, est affaire de compromis. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Conclusion >