L’Épopée de Gilgamesh

par

L’amitié et le deuil

Entre Enkidu et Gilgamesh s’établit une amitié des plus fortes, primant sur tout, et à laquelle plusieurs commentateurs reconnaissent une forte dimension homosexuelle (Gilgamesh dit avoir « caressé Enkidu comme une femme »). Cette amitié est paradoxale, car les dieux ont créé Enkidu pour en faire un rival de Gilgamesh. Au lieu de cela il en devient un compagnon, qui, même s’il donne de sages avis, prendra part aux outrages du roi contre les dieux et en paiera le prix.

Délégué protecteur de Gilgamesh par la mère de celui-ci, Enkidu prend ce rôle au sérieux. Il affirme ainsi les avantages de l’amitié : l’ami cher peut mettre en garde Gilgamesh contre Houmbaba, ou le sauver du Taureau Céleste. Mais de même, après avoir donné son conseil, qui est généralement plus prudent que les projets impulsifs de Gilgamesh, Enkidu s’engage à soutenir son ami de toute sa force. Même s’il a peur d’Houmbaba et de l’audace du roi, Enkidu ne défaillira pas quand il arrive au combat.

L’amitié peut pourtant sembler ne pas être entièrement positive. Au moment où Enkidu la découvre, à la suite de sa lutte contre Gilgamesh, il s’en trouve affaibli, et pleure ; l’amitié semble donc mettre en péril la virilité de l’homme. Mais tous deux réaliseront au cours de leur bataille contre Houmbaba que l’amitié les rend en fait plus forts : à deux, ils peuvent accomplir ce que ne pourrait pas faire un homme seul. Elle est donc une force en elle-même.

« ensemble nous avons vaincu les obstacles

gravi le sommet des montagnes

ensemble nous avons saisi

le taureau céleste et l’avons tué

ensemble nous avons abattu Houmbaba. »

Le prix de cette force, cependant, se révèle être la douleur de la séparation : la mort d’Enkidu fera connaître à Gilgamesh le deuil et donnera le coup d’envoi à la deuxième partie de l’épopée. Les lamentations de Gilgamesh sur le cadavre de son ami frisent la surenchère, au point qu’il abandonnera son royaume et connaîtra une longue errance au cours de laquelle il découvre sa propre peur de la mort.

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L’amitié et le deuil >