L’Épopée de Gilgamesh

par

Résumé

Premièretablette : On raconte comment Gilgamesh a faitgraver son histoire, pour qu’elle perdure à travers les siècles. Roi d’Uruk,deux tiers homme et un tiers dieu, Gilgamesh se comporte en tyran, à tel point queses sujets viennent à s’en plaindre aux dieux. Pour l’abaisser, les dieuxdécident de créer Enkidu, un homme sauvage qui sera aussi puissant que lui. Enkiduvit en solitaire dans la forêt, ami des bêtes qu’il délivre des pièges deschasseurs. Un chasseur le voit et en est terrifié ; son père lui conseilled’aller demander de l’aide à Gilgamesh.

Entendant le récit du chasseur, Gilgameshcommande au chasseur d’aller trouver une courtisane sacrée au temple et de lamener séduire Enkidu. Il le fait. Lorsque la courtisane entrevoit Enkidu, ellese dénude, et le désir d’elle le tient près d’elle toute une semaine. Maislorsqu’il en a assez, il s’aperçoit que les animaux le fuient. La courtisanelui parle de Gilgamesh, et Enkidu se résout à aller le défier, pour prouverqu’il est le plus fort des hommes. Elle lui raconte comment Gilgamesh s’estréveillé après une nuit de rêves, et a conté ceux-ci à sa mère Ninsoun, qui lesinterprète comme signes de la venue d’un compagnon pour son fils.

 

Deuxièmetablette : Enkidu accompagne la courtisane ;chez des bergers, il mange pour la première fois du pain et boit pour lapremière fois de l’alcool. Il s’habille comme un homme et n’est plus un hommesauvage ; au lieu d’aider les animaux, maintenant il protège les bergersdes fauves. Un homme passe et Enkidu l’interpelle. L’homme lui raconte commentGilgamesh se donne le droit de coucher avec toutes les nouvelles épouses avantmême leurs maris. Furieux, Enkidu se met en route pour Uruk, où les genss’extasient devant lui, tout en ayant peur qu’il y ait maintenant une bataillecontinue dans les rues.

Gilgamesh, arrivant pour dépuceler unenouvelle épouse, voit son chemin barré par Enkidu. Ils engagent une longuelutte, mais ils sont de force égale et ni l’un ni l’autre ne peut l’emporter. Alorsils se prennent d’amitié l’un pour l’autre. L’émotion qu’en ressent Enkidu, quin’a pas eu de famille, est telle qu’il s’en sent affaibli. Gilgamesh luipropose d’aller tuer le monstre Houmbaba. Enkidu le déconseille : mêmelorsqu’il était sauvage il craignait le monstre. Gilgamesh jure d’y aller toutseul si Enkidu a peur. Le roi ordonne qu’on leur forge des armes. Les Anciensd’Uruk s’opposent au projet de Gilgamesh, mais il n’en a cure.

 

TroisièmeTablette : Les Anciens donnent des conseils àGilgamesh pour le voyage, surtout de laisser Enkidu, qui connaît déjà le pays,marcher en avant. Gilgamesh et Enkidu vont prendre leur congé de la reine mèreNinsoun, et Gilgamesh lui demande de prier pour lui tant qu’il sera parti. Ninsounimplore les dieux et demande au dieu Shamash pourquoi il a donné à Gilgamesh uncœur qui l’emportera toujours dans de folles aventures. Puis elle adopte Enkiducomme un autre fils et lui demande de protéger Gilgamesh.

 

QuatrièmeTablette : Les deux héros traversent la forêt descèdres à pas de géants, faisant un voyage d’un mois et demi en trois jours. Àchaque nuit, Gilgamesh prie Shamash pour un songe prémonitoire, et fait un rêvequ’interprète Enkidu. Le premier rêve leur promet la victoire sur Houmbaba ; lesecond promet l’aide des dieux ; mais le troisième est un cauchemar quiterrifie Gilgamesh et qu’Enkidu n’interprète pas.

Arrivant enfin au repaire de Houmbaba, ils sepréparent à l’affronter. Enkidu, entrant de nouveau dans une forêt, perd sesforces ; mais Gilgamesh le revigore.

 

CinquièmeTablette : Ils pénètrent dans la forêt, sont séduitspar sa beauté, et prient Shamash. De sa hache Gilgamesh frappe un cèdre, etHoumbaba entend et rugit. Shamash déchaîne un ouragan qui aveugle Houmbaba, etde la hache et du glaive Gilgamesh et Enkidu tombent sur lui, sans faireattention à la malédiction que le géant lâche contre eux au nom du dieusuprême, Enlil. Forts d’être deux et d’être amis, ils réussissent ce qu’unhomme seul ne pouvait faire. Puis ils coupent les cèdres et les envoient via unfleuve vers Uruk.

 

SixièmeTablette : La déesse Ishtar tombe amoureuse deGilgamesh et le supplie de l’aimer. Il la rejette, lui rappelant qu’elle n’ajamais aimé un de ses amants pour toujours et qu’elle les torturait. Il rejetteun tel esclavage. Furieuse, Ishtar court demander à son père Anou qu’il punissel’outrecuidant. Anou ne sympathise pas à sa cause mais cède lorsqu’Ishtar jurequ’elle ouvrira les portes de l’enfer et permettra aux morts de revenir surterre s’il ne crée pas un taureau céleste pour punir Gilgamesh. Elle rassureson père : elle a fait des réserves pour nourrir le peuple et lestroupeaux lors des sept années de disette que causeront les déprédations dutaureau.

Le taureau céleste, lâché sur terre, fait desmassacres ; mais Enkidu l’agrippe par les cornes et permet ainsi àGilgamesh de le poignarder. Ils offrent le cœur du taureau en offrande à Shamash,et lorsqu’Ishtar leur jette une malédiction, Enkidu, moins qu’impressionné, luilance la cuisse du taureau au visage. Les deux héros se pavanent dans la rue auson des chants des jeunes filles. Mais cette nuit Enkidu fait un songe.

 

SeptièmeTablette : Enkidu réveille Gilgamesh pour luiconter son rêve : les dieux ont tenu conseil. Anou demande la mort desdeux héros pour avoir tué le taureau céleste et rasé la forêt de cèdres. Enlilréplique que seul Enkidu mourra ; Shamash demande pourquoi Enkidu devraitmourir puisqu’il n’a tué que sous ses ordres, et Enlil réplique que c’est parceque Shamash est toujours de leur bord. Malade, Enkidu se couche, et Gilgameshpleure à l’idée de ne plus le revoir. Se rappelant sa vie heureuse dans laforêt, Enkidu maudit le chasseur et la courtisane qui l’ont amené à lacivilisation. Gilgamesh tente de rassurer son ami, mais rien n’y fait. Le matinsuivant Enkidu implore Shamash de maudire le chasseur et la courtisane.

Shamash lui répond, lui rappelant que c’estgrâce à la courtisane qu’Enkidu a connu le confort et l’amitié de Gilgamesh. AlorsEnkidu retire ses imprécations et la bénit à la place. Mais il en demeuremalade, et fait un rêve où il voit son âme être emmenée au royaume des morts oùil n’y a pas de place pour lui. Pendant douze jours il reste écrasé sur son litavant d’enfin mourir, honteux d’être mort de maladie plutôt qu’au cours d’unebataille comme il sied à un homme.

 

HuitièmeTablette : Gilgamesh au désespoir se lamente sur lecorps de son ami, sommant toute la nature de le pleurer. Il agit « commeune fiancée » ou « une lionne à qui on a enlevé ses petits ». Puisil fait sculpter une riche statue d’Enkidu. Ayant ainsi fait, il s’habilled’une peau de lion et s’en va errer dans le désert, faisant des offrandes àShamash avant de partir.

 

NeuvièmeTablette : Habillé comme un sauvage, Gilgamesherre. Il a peur de la mort et ne veut pas mourir comme Enkidu. Alors il sedécide à visiter son ancêtre Out-Napishtim, le seul humain à avoir survécu audéluge et qui en récompense est fait immortel par les dieux. Couché, il voit enrêve des lions qu’il disperse. Puis il arrive à la montagne d’où se lève lesoleil, et y rencontre un couple d’homme-scorpions qui veulent barrer sonpassage. Un des hommes-scorpions avertit Gilgamesh que le voyage versOut-Napishtim est douloureux, mais Gilgamesh lui répond qu’il veut qu’il soitainsi. On le laisse donc passer. Il marche sur le chemin du soleil, oùl’obscurité est totale. Après des heures de marche il parvient enfin à la mer.

 

DixièmeTablette : Il arrive près de la taverne deSiduri, qui abreuve de vin les dieux. Elle est terrifiée de voir apparaître cethomme à peau de dieu revêtu d’une peau de lion, et s’enferme dans sa taverne. Gilgameshmenace d’enfoncer sa porte et lui dit qui il est. Sceptique, elle lui demandepourquoi il est en si piteuse condition s’il est vraiment le Gilgamesh qui aaccompli tant d’exploits. Il explique la mort d’Enkidu, sa propre peur de lamort et sa quête de l’immortalité. Siduri le met en garde : ce qu’ildésire est impossible. La seule immortalité est d’avoir des enfants.

Gilgamesh n’a cure de ses avertissements. Illui demande le chemin pour rejoindre Out-Napishtim. Elle lui conseille deretrouver Our-Shanabi, le batelier d’Out-Napishtim, le seul qui puissepeut-être l’y mener. Gilgamesh suit son conseil, et pour attirer son attentiondétruit les shout-abni (êtres de pierre) qui l’accompagnent. Our-Shanabi nonplus ne croit pas qu’il puisse être Gilgamesh, et ce dernier reprendl’explication qu’il a donnée à Siduri. Comme Our-Shanabi ne peut traverser lamer sans les shout-abni que Gilgamesh a détruits, il fait préparer par cedernier des perches. Après trois jours d’un voyage qui aurait dû prendre sixsemaines, ils arrivent aux eaux de la mort, où Gilgamesh doit utiliser lesperches pour faire avancer le bateau. Il en utilise cent vingt, après quoi iln’y en a plus et il doit utiliser ses vêtements comme une voile.

 

OnzièmeTablette : Out-Napishtim voit arriver le navireet se demande quel est ce nouveau venu qui a brisé les shout-abni. Il demande àGilgamesh pourquoi il est dans un tel état et Gilgamesh reprend son explicationde sa peur de la mort. Out-Napishtim lui fait des reproches, lui rappelantqu’il est heureux parmi les hommes et que la mort est inéluctable. Gilgamesh lenie : après tout, Out-Napishtim lui-même a l’aspect d’un homme, etpourtant il ne meurt pas. Out-Napishtim décide de lui révéler le secret de sonimmortalité. Il y a longtemps, les dieux décidèrent de noyer le monde, mais ledieu Ea fit passer le message à Out-Napishtim de se construire un bateau danslequel il pourrait survivre. Inquiet de la réaction des autres hommes,Out-Napishtim demanda à Ea ce qu’il devrait dire pour qu’ils ne le soupçonnentpas. Ea lui recommanda de se dire maudit d’Enlil.

Out-Napishtim raconte la dimension de sonbateau, et comment ses voisins l’aidèrent à se préparer, comment il y fitmonter sa famille, les animaux, les domestiques et les artisans. Puis les dieuxenvoyèrent un déluge, une tempête effroyable, alors qu’Ishtar se lamentait d’enêtre la cause, ayant accepté la mort des humains. Tous les dieux se sont mis àpleurer devant la vision de la destruction de la race humaine. Enfin la tempêtes’est calmée, et l’arche d’Out-Napishtim s’est reposée sur le haut d’unemontagne. Il envoya une colombe, une hirondelle et un corbeau, dont les deuxpremiers revinrent mais non pas le troisième. Sachant maintenant qu’il y avaitterre ferme, Out-Napishtim ouvrit l’arche et laissa tout ce qu’elle contenaiten sortir, et il fit des sacrifices aux dieux. Ishtar fit se rapprocher lesdieux du sacrifice, sauf Enlil qui avait décrété le déluge et qui s’irritait àvoir un survivant. Ea s’expliqua et recommanda la pitié envers les fauteurs.Enlil s’en accommoda et fit d’Out-Napishtim et de son épouse des immortels.

Mais il fallait un tel événement pour réunirles dieux, dit Out-Napishtim, alors pourquoi se réuniraient-ils pour Gilgamesh ?Il lui recommande d’aller essayer de ne pas dormir de six jours et sept nuits,mais Gilgamesh ne s’est pas plus tôt couché qu’il s’endort. La femmed’Out-Napishtim lui dit de réveiller Gilgamesh et de le laisser repartir, maisOut-Napishtim veut prouver à Gilgamesh qu’il a dormi. Il fait cuire du pain parsa femme, et à chaque jour que Gilgamesh dort, on lui met un pain près de latête. Après sept jours, Out-Napishtim réveille Gilgamesh, qui dit qu’il n’a pasdormi, mais Out-Napishtim lui montre les pains. Gilgamesh se résigne à la mortà contrecœur. Il demande à son ancêtre où il devrait aller.

Au moment du départ, la femme d’Out-Napishtimlui suggère de donner un cadeau d’adieu à Gilgamesh. Le vieil homme révèle unautre secret : il existe au fond de la mer une plante qui peut permettreaux êtres de se renouveler. Immédiatement Gilgamesh se met des pierres aux piedset descend au fond de la mer la cueillir. Il annonce son intention de l’apporterchez lui à Uruk pour que les gens puissent la manger et retrouver leurjeunesse. Mais arrivant à un puits où il veut trouver de l’eau fraîche,Gilgamesh perd la plante qu’un serpent mange et qui se met à muer. Audésespoir Gilgamesh éclate en pleurs, ne pouvant accepter d’avoir commis tantde sacrifices simplement pour en venir en aide à ce serpent. Mais arrivé à Urukavec Our-Shanabi, il retrouve sa fierté et se vante de la grandeur et de labeauté de sa cité.

 

DouzièmeTablette : Cette tablette apocryphe, qui est unedes plus intéressantes du point de vue métaphysique, présente une versiondifférente de la mort d’Enkidu. Dans cette version, le pekku et le mekku deGilgamesh sont tombés en enfer. (Ce que sont ces objets est un sujetcontroversé : on y a vu un tambour et sa baguette, une baguette et uncerceau, même un pénis et ses testicules.) Quoi qu’il en soit, Enkidu sepropose d’aller les chercher. Gilgamesh lui donne des conseils pour sa visiteaux enfers : qu’il s’habille sobrement, qu’il laisse derrière lui sesarmes, qu’il ne tienne pas la main à un enfant, n’embrasse pas de fille et nefrappe pas un garçon qui choisit de demeurer au pays des morts. Enkidu ne porteaucune attention à ces préceptes et fait exactement le contraire. Alors ildevient prisonnier des enfers.

 

Gilgamesh se lamente et demande aux dieux delibérer Enkidu, criant que son meilleur ami est allé à la mort quand c’était àlui de le faire. Après avoir refusé, les dieux acceptent que Gilgamesh parleune dernière fois à son ami. Son ombre s’élève et Enkidu raconte à Gilgamesh cequ’est le royaume des morts : vision pessimiste, où la seule gloire quipromette le confort dans l’autre monde est d’avoir engendré une multituded’enfants.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >