Les Caprices de Marianne

par

Les Caprices de Marianne, un drame romantique

Dans Les Caprices de Marianne, Musset effectue un mélange de styles littéraires où il mêle tragédie, comédie et romantisme.

Premièrement, Les Caprices de Marianne est une pièce tragique car dès le début, les personnages courent d’emblée à leur perte. Cœlio chérit dans son cœur un désir utopique : l’amour d’une femme mariée qui n’est point intéressée par lui. Marianne quant à elle, espère trouver une libération de son mariage ennuyeux avec Claudio ; en se donnant la possibilité de se lancer dans une aventure. Octave de son coté, est tiraillé entre son amour pour Marianne et sa loyauté envers son ami, Cœlio. A priori, le trio est coincé dans un engrenage fatal qui résultera sera la mort réelle de Cœlio et la mort émotionnelle d’Octave. Mais la roue de la tragédie ici ne se met réellement à tourner que lorsque le changement d’habitudes de Marianne (de même que la présence de multiples visiteurs qu’elle reçoit) éveille des soupçons d’adultère dans le cœur de son tyran d’époux, Claudio. C’est ainsi qu’il la questionne suspicieusement : « Pensez-vous que je sois un mannequin et que je me promène sur la terre pour servir d’épouvantail aux oiseaux ? » On peut également compter certains mots qui rentrent dans le champ lexical du crime : « assassin ». « Tuer », « fatal, « spadassin »,etc.

Ainsi donc l’atmosphère de la pièce s’assombrit peu à peu, et l’un des personnages principaux prend le rôle de l’agneau expiatoire, payant pour un crime qu’il n’a pas commis (ceci par amour pour la capricieuse Marianne). Passion, amour, sacrifices et trahison se chevauchent dans cette tragédie de Musset.

Ensuite, Les Caprices de Marianne est un drame romantique. En effet, cet ouvrage fut conçu à l’époque même où le romantisme atteint son apogée (1820-1840). Pendant ces années, on assiste à une révolution littéraire où les écrivains sont poussés à briser les règles du théâtre traditionnel et des lois de bienséance ; qui se posaient comme obstacle à la crédibilité de leurs écrits. Grace au romantisme, les écrivains se donnèrent la possibilité de se replier sur eux-mêmes, d’ajouter à leurs œuvres une touche personnelle et sentimentale ; ceci en focalisant l’attention sur l’expression des sentiments personnels. Aussi, les écrivains développèrent un certain respect pour la nature en appréhendant la notion d’un être plus grand que l’Homme. Ainsi donc dans Les Caprices de Marianne, Musset inclut cette touche du récit romantique. Par exemple, il fait de Cœlio un personnage rêveur, dont le seul espoir est de conquérir le cœur de Marianne. Désespéré, celui-ci entreprend tout pour la convaincre de l’aimer. Cependant, son ami Octave – par sa faiblesse ; se présente comme une âme perdue : perdue dans l’alcool. Solitaire, il est identique à Marianne dont la tristesse et la solitude de l’âme sont exemplifiées par son mariage insatisfaisant et ses va-et-vient réguliers de la maison vers l’Eglise. La vie de chaque personnage semble ainsi vide, jusqu’au jour où Cœlio fait accidentellement croiser les destins d’Octave et Marianne.

Enfin de compte, Les Caprices de Marianne utilise également le comique. Déjà d’après le titre, on s’attend à rencontrer une belle jeune femme difficile à convaincre. Et la lecture de la pièce ne nous déçoit pas. Non seulement Marianne n’est pas une femme facile à persuader (car elle ne se laisse pas aisément flatter par Octave qui milite auprès d’elle en faveur de Cœlio). La pièce regorge également de beaucoup d’autres scènes comiques ; comme celle où Claudio est convaincu que sa femme a des amants alors que celle-ci vient tout juste de rejeter une demande ; ou encore celle où Claudio confronte Marianne au sujet de sa relation avec Octave. L’agitation et l’anxiété de cet homme naturellement posé traduit le caractère comique de cette œuvre. Aussi, on retrouve de l’humour dans certaines expressions de Claudio qui fait référence aux amants de sa femme comme « impudentes guitares » ou encore dans certaines de ses répliques envers Tibia : « Oui ; il y a autour de ma maison une odeur d’amants ; personne ne passe naturellement devant ma porte ; il y pleut des guitares et des entremetteuses. » et aussi dans le passage :

Tibia : « Fi ! Votre femme n’a pas d’amants. C’est comme si vous disiez que j’ai des maîtresses. »

Claudio : Pourquoi n’en aurais-tu pas, Tibia ? Tu es fort laid, mais tu as beaucoup d’esprit. »

Ceci dit, Musset n’alterne pas seulement comédie et tragédie, mais également classicisme et romantisme. Il donne à la pièce une coloration plus réelle, plus semblable à la vie (la couleur locale). Les challenges et dilemmes auxquelles les personnages principaux font face sont identifiables aux challenges quotidiens.

A l’instar de Musset, plusieurs autres écrivains firent usage du drame romantique qui était à la mode au XIXème siècle. Le drame romantique se caractérise, comme nous avons pu le constater, par un mélange des genres tel que le préconise Hugo, par une alternance entre les moments comiques et les moments tragiques. On retrouve ce style notamment dans les textes des auteurs qui en sont les fondateurs : La préface de Cromwell (Victor Hugo), ou encore Racine et Shakespeare (Stendhal).

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Les Caprices de Marianne, un drame romantique >