Les Caprices de Marianne

par

Octave

C’est un personnage doté de raison et de valeurs morales. Il est un jeune homme digne de confiance, qui n’hésite pas à démontrer sa loyauté pour son ami. Toutefois cette loyauté est sujette au doute dans l’esprit du lecteur. En effet, Octave est l’ami de Cœlio, mais aussi le cousin du juge Claudio, époux de Marianne. En militant pour que son ami Cœlio obtienne Marianne, il chercherait simultanément à détruire le mariage de son cousin Claudio. Ainsi se pose la question de savoir pourquoi Octave choisirait-il de plaire à son ami au lieu de plaire à sa famille ? Musset, essaierait-il de nous démontrer, par cette loyauté sélective, la faible importance qui était accordée aux relations familiales dans la société française du XIXème siècle ? C’est peu probable.

Quoiqu’il en soit, Octave demeure à jamais fidèle à son ami Cœlio, et ce, bien après la mort de ce dernier. Pris de culpabilité suite à l’assassinat inattendu de son ami Cœlio, Octave se sent, dès lors, indigne de l’amour de Marianne. Il la rejette car pour lui être avec elle, serait une seconde injustice contre son ami défunt (la première étant l’assassinat de Cœlio orchestré par Claudio).

Aussi, l’on remarque que le personnage d’Octave évolue tout au cours de la pièce. Dans l’acte premier, Octave est présenté comme un libertin dans tous les sens du terme. C’est sans doute la raison pour laquelle son ami Cœlio a recours à lui pour essayer de gagner le cœur de Marianne. Toutefois, dans le second acte de la pièce, l’armure défensive d’Octave tombe progressivement et un aspect de sa personnalité – dont sa sensibilité – s’échappe à chaque rendez-vous...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Octave >

Dissertation à propos de Les Caprices de Marianne