Les prétendants

par

La peinture du milieu du théâtre

L’intrigue révèle rapidement que l’auteur dresse un portrait de son propre milieu, lui-même ayant été dramaturge, metteur en scène, mais également comédien et directeur de troupe. On se retrouve ainsi dans le milieu théâtral et l’on découvre les personnages de la pièce qui travaillent dans un centre culturel en province : ils font partie d’une troupe de théâtre locale et ont leurs habitudes. Seulement, la réunion est également prévue pour que leur soit présenté le nouveau directeur du centre, et de leur troupe. La troupe a donc besoin d’un projet nouveau, d’une nouvelle pièce.

On assiste donc à de nombreuses oppositions, à des chocs entre les différentes personnalités, et aux conflits mis en avant par cet événement, comme si les personnages avaient attendu longtemps, s’étaient maîtrisés, jusqu’à ce qu’un jour un élément déclencheur vienne tout libérer.

Si l’auteur fait une analyse plutôt caustique d’une troupe, nul doute que ces « guerres intestines » illustrent parfaitement ce qui peut se passer en entreprise, ou encore plus généralement dans tous les groupes sociaux où un peu de pouvoir est en jeu.

 

Tous ces personnages ont des destins particuliers, ils ont besoin de parler, d’exulter, de se sentir vivant, c’est pourquoi ils parlent tous beaucoup, ce qui rend les dialogues brouillons voire insensés dans certains cas.

On voit les querelles de personnalités, allant au-delà du simple théâtre, et on ignore parfois où se situe la limite entre leurs personnages : ceux qu’ils ont incarnés, et leur vraie personnalité, tant ils semblent troublés, flou qui est renforcé par la figure de style littéraire de l’épanorthose : ils se corrigent constamment, allant d’euphémismes en pléonasmes, pour essayer d’insister sur leur pensée. On se rend compte des difficultés à s’exprimer, à pouvoir tout dire. Ces personnages ont donc besoin du théâtre, pour oublier et s’oublier, de jouer un autre rôle que le leur et de vivre à travers un autre personnage.

 

C’est aussi une vision du théâtre moderne, actuel, et une critique contre le manque de passion peut-être des nouvelles générations qui remplacent des dramaturges comme Lagarce lui-même, des acteurs et des directeurs plus professionnels, ayant été à l’université, ayant autant, supposément, les qualités de gérant de centre culturel que de directeur de troupe. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La peinture du milieu du théâtre >