Les Voyages de Gulliver

par

Don Pedro de Mendez

Le rôle de don Pedro s’affirme à la fin du roman. C’est lui qui recueille Gulliver et le prend sous son aile alors que l’esprit de celui-ci s’égare de plus en plus dans les limbes de la folie. Il le considère avec tendresse et patience, joue un rôle de guide et de conseiller lorsqu’il l’autorise à naviguer jusqu’à Lisbonne à bord de son propre navire. Il lui propose ses vêtements, plus dignes d’un capitaine de la marine que les haillons de matelots que Gulliver porte, et lui donne de l’argent afin de subvenir à ses besoins une fois arrivé à Londres. Malgré le comportement misanthrope et détestable de Gulliver à la fin du livre, don Pedro de Mendez ne le juge pas et le considère avec compassion. Inversement, le capitaine se montre méprisant envers Mendez, qu’il considère comme un répugnant Yahoo. La générosité de Mendez, l’humanité dont il fait preuve, offrent un contraste avec les nouveaux défauts de Gulliver ; Mendez agit comme un reflet antithétique de la quasi-démence du capitaine.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Don Pedro de Mendez >

Dissertation à propos de Les Voyages de Gulliver