Macbeth

par

Lady Macbeth

Lady Macbeth est un des personnages fémininsles plus célèbres de l’œuvre de Shakespeare. Sa détermination, son absence depitié en font un personnage effrayant. Ambitieuse, assoiffée de pouvoir, telleest l’épouse de Macbeth. C’est elle qui pousse son mari à tuer le roi Duncan ;elle est plus ambitieuse que lui et dès que Macbeth hésite ou fait montre defaiblesse, elle le pousse à agir. Elle regrette amèrement ce corps defemme qui l’empêche de tuer elle-même ses victimes : comme elle aimeraitabandonner sa féminité pour devenir un homme ! « Venez, venez, espritsqui excitez les pensées homicides ; changez à l’instant mon sexe, etremplissez-moi jusqu’au bord, du sommet de la tête jusqu’à la plante des pieds,de la plus atroce cruauté. Épaississez mon sang ; fermez tout accès, toutpassage aux remords » s’exclame-t-elle. L’idée même de maternité passeaprès sa soif de pouvoir : « Venez dans mes mamelles changer mon laiten fiel, ministres du meurtre. » En effet, le pouvoir appartient auxhommes, et Lady Macbeth est un être de pouvoir. Le fait d’être une femmel’empêche d’accéder au trône ; aussi renie-t-elle sa féminité etrègne-t-elle à travers son mari qu’elle influence et manipule. Elle n’usejamais de violence directe : elle manipule, ainsi que le font lessorcières. L’image du pouvoir tel qu’on le représentait dans le théâtrejacobéen – basé sur la masculinité et éventuellement sur la violence physique –est ici mise en question par Shakespeare : Lady Macbeth est la vraiesouveraine.

Pourtant, cette femme apparemment de fer a unefaille : elle sombre dans la folie. C’est au cours du dernier acte que lespectateur la surprend en proie à des crises de somnambulisme : elle erreà travers le château. Pire, elle se frotte sans cesse les mains pour tenter d’eneffacer une tache invisible : « Il y a toujours là une odeur de sang.Tous les parfums de l’Arabie ne peuvent purifier cette petite main ! » Cesang qu’elle seule voit et sent est le symbole de la culpabilité qu’elleéprouve. Ce n’est pas du remords : pas une fois elle n’exprime un regret.Pourtant, elle est incapable de vivre en assumant ses actes criminels et commeà Macbeth le sommeil lui a été enlevé. Quand le château est sur le point detomber sous les assauts de leurs ennemis, Lady Macbeth se donne la mort.

Lady Macbeth est un personnage négatif etnoir, dont les actes signalent un total manque de cœur. Mais Shakespeare aime àmontrer que le pire être qui soit a en lui une part d’humanité et que c’est parcette humanité que vient la justice : Lady Macbeth n’est pas un monstre,puisqu’on peut penser que c’est la révolte de son inconscient – ou de son âme,selon la vision du XVIIe siècle – qui lui ôte le repos et la pousseà se punir elle-même. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Lady Macbeth >