Manifeste du surréalisme

par

Genèse de sa pensée

Breton retrace la formation de sa pensée. Il était d'abord cubiste, puis a eu une révélation en lisant Reverdy : l'image est à l'extérieur de l'homme, et n'est pas intellectualisée. Il faut, selon lui, revenir à une perception brute, sans le filtre de la pensée qui réordonne le monde et le pense. Il prend l'exemple de la vision d'un homme qui se penche à une fenêtre. La première image que l'on voit est celle d'un homme coupé – la vraie image – alors que le sujet voit un homme penché et complète la réalité par ce qu'il en sait. Breton demande donc de passer par-delà l'intellect, comme par exemple dans l'expérience de la pensée parlée : un homme tente de parler le plus vite possible pour que l'esprit critique ne le censure pas et qu'il s'approche au plus près du flux de pensée inconscient. Cet exercice produit ainsi une énorme quantité de ces images libres.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Genèse de sa pensée >

Dissertation à propos de Manifeste du surréalisme