Manifeste du surréalisme

par

La logique

La société du XIXème siècle aurait assujetti l'homme à la logique, au rationalisme et à la recherche immédiate d'utilité. Les découvertes de Freud au début du XXème siècle ont le mérite, pour Breton, de redonner une parole à l'imagination. Il reprend les analyses de rêves de Freud pour en tirer quatre conclusions :

- Le rêve peut être un élément qui résout des questions sur la vie, sur soi : le sujet doit lui donner le même degré de certitude que celui qu'il donne à la réalité, puisqu'il a l'impression, en rêvant, qu'il vit réellement.

- L'état de veille est ponctué de réflexions, de sentiments que l'homme ne s'explique pas. Ainsi, Breton place les clés de ces choses dans les rêves – qui sont de la même nature que ces interférences, ces lapsus qui échappent à l'homme éveillé.

- La vie en rêve est pleinement vécue : l'homme ne se pose jamais de questions et accepte tout ce qui arrive, même les actions les plus merveilleuses. Il se laisse porter au gré du monde.

- Il existe, pour Breton, un état qui se situe à la conjonction entre rêve et réalité : la surréalité, qui serait une sorte de rêve éveillé, de totale acceptation du monde et de soi.

Le merveilleux des rêves se trouve parfois dans les romans, mais dépasse la fiction. La plupart du temps, ce merveilleux se trouve dans les contes pour enfants, et on sèvre très tôt l'homme de ces lectures. Pourtant il ne le faut pas, tant ces œuvres mettent en scène, par ce merveilleux, des représentations très justes, et participent à de véritables révélations...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La logique >

Dissertation à propos de Manifeste du surréalisme