Manon Lescaut

par

L'architecture d'un roman moralisateur

La construction du roman contribue à l'objectif moralisateur de l'abbé Prévost. Premièrement, dans l'incipit, le narrateur se fait le porte-parole de l'écrivain en menant une réflexion sur l'emploi et l'utilité de la morale, en se référant à de grands penseurs de l'Antiquité et de la Modernité. Cette introduction philosophique à l’œuvre a pour but d'avertir le lecteur des éléments sur lesquels il lui faudra porter son attention : « [Le lecteur] verra, dans la conduite de M. Des Grieux, un exemple terrible de la force des passions […] qui refuse d'être heureux, pour se précipiter volontairement dans les dernières infortunes ; qui, avec toutes les qualités dont se forme le plus brillant mérite, préfère, par choix, une vie obscure et vagabonde, à tous les avantages de la fortune et de la nature ». L’auteur informe aussi son lecteur qu’il cherche à l’« instruire en l'amusant. »

La narration qui est à la base de l'architecture du roman moralisateur permet au lecteur de s'identifier à différents points de vue. Par exemple, au début du roman, le narrateur s'exprime à la première personne, et relate sa rencontre avec le Chevalier Des Grieux à Pacy. Celui-ci accompagne alors Manon dans son exil en Amérique, parmi une douzaine d'autres filles de...

Inscrivez-vous pour continuer à lire L'architecture d'un roman moralisateur >

Dissertation à propos de Manon Lescaut