Mémoires d’outre-tombe

par

L’Homme face à l’Histoire

« En moi commençait, avec l’école dite romantique, une révolution dans la littérature française ». L’auteur des Mémoires d’outre-tombe appartient à la fois au XVIIIe siècle, à ses dernières décennies du moins, par – en sus de sa naissance – sa formation, sa culture, ses goûts littéraires et artistiques, et au XIXe siècle, à toute sa première moitié, par l’essentiel de son œuvre, laquelle se veut d’un « novateur-né ». C’est dire qu’il est contemporain à la fois de ce que les historiens de la littérature appellent parfois le préromantisme, au vrai la première vague du romantisme, et de la seconde vague du mouvement qui en constitue l’apogée ou l’âge d’or.

Chateaubriand caractérise son œuvre comme étant destinée à « donner une existence impérissable » au monde et aux évènements dont il se fait le spectateur. Il rejette alors sa qualité d’autobiographe car, tel que nous l’avons vu auparavant, l’auteur a du mépris pour ce statut, mais offre à son œuvre une dimension de mémoires afin de mettre en avant non pas sa propre vie, mais la confrontation de celle-ci avec l’Histoire. Il se fait donc témoin et rapporteur d’une époque, en s’utilisant lui-même pour mieux montrer les conséquences de la période sur un habitant de ce temps en même temps que l’influence souvent exagérée – en tant que diplomate notamment – qu’il s’imagine sur...

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’Homme face à l’Histoire >

Dissertation à propos de Mémoires d’outre-tombe