Molloy

par

La mère de Molloy

C’est une vieillefemme. Le narrateur ne sait pas son prénom, il l’appelle Mag : « Moije l’appelais Mag, quand je devais lui donner un nom. Et si je l’appelais Magc’était qu’à mon idée, sans que j’eusse su dire pourquoi, la lettre gabolissait la syllabe ma, et pour ainsi dire crachait dessus, mieux que touteautre lettre ne l’aurait fait. »

On ignore au momentde l’énonciation de Molloy si elle est vivante ou morte. Molloy dans sonhistoire raconte qu’il part en quête de sa mère, il veut la retrouver. Ildécrit leurs liens qui sont forts. Il explique qu’il se rend souvent à sonchevet, où il se trouve dès le début du récit.

En parlant de samère, il décrit leur relation comme celle d’un vieux couple aux souvenirscommuns, tellement leur âge est proche ; sa mère l’a eu assez jeune, cequi explique leur faible différence d’âge, à peine vingt ans : « Nousétions si vieux, elle et moi, elle m’avait eu si jeune que cela faisait commeun couple de vieux compères, sans sexe, sans parenté, avec les mêmes souvenirs,les mêmes rancunes, la même expectative. » Leur relation est si forte quemême si sa mère est aveugle, il sait qu’elle peut ressentir sa présence :« Ma mère me voyait volontiers, c’est à dire qu’elle me recevaitvolontiers, car il y avait belle lurette qu’elle ne voyait plus rien ».

On sent que la mèrede Molloy est tout pour lui, et qu’elle garde une emprise très forte sur lui,même si elle est mourante.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La mère de Molloy >