Molloy

par

Le rapprochement de Moran et de Molloy

Si les deuxpersonnages, Molloy et Moran, apparaissent totalement différents au départ, denombreux points permettent de les rapprocher : en effet, chacun despersonnages est accompagné dans sa partie par un membre de sa famille aveclequel il ne communique pas vraiment, et qui finit par l’abandonner.

On ignore si lamère de Molloy est encore vivante, c’est pourquoi il cherche à la rejoindredans la mort, tandis que Moran, qui éduque très durement son fils, voire lemaltraite, finit par le perdre lorsqu’il disparaît. Son fils l’abandonne, luilaissant quelques pièces, et il ne le retrouvera plus jamais. Chacun finitseul.

Leur rapprochementse fait tant d’un point de vue géographique que dans leurs personnalités etleurs destins. En effet, Molloy termine sa course effrénée dans une forêt,tandis que Moran, chargé de le retrouver, arrive dans cette forêt à sarecherche.

Moran incarneMolloy dans sa jeunesse, comme la partie active d’un personnage dont Molloyserait le pendant qui réfléchit.

On retrouve aussi desdeux côtés l’image du vélo. Pour Molloy, c’est le moyen de s’échapper, departir à l’aventure et d’aller rejoindre son destin, en mourant. Pour Moran, cesera un moyen de se sauver de son handicap, tant que son fils pédalera.

De plus, chaquerécit démarre lentement par la présentation de la situation, de l’intrigue,puis prend de la vitesse : Molloy enfourche un vélo, Moran et son filspartent en forêt. Puis chaque récit finit par ralentir à nouveau, pour la mêmeraison : le handicap, la difficulté à se déplacer, à accomplir ce pourquoiils étaient partis. Moran qui ressent peu à peu des douleurs aux genoux jusqu’àce que l’une de ses jambes soit paralysée se rapproche physiquement de Molloy,dont la première jambe est paralysée et dont la seconde le devient ensuite,jusqu’à ce qu’il ne puisse plus supporter son poids. À la fin du roman, Moranressemble à Molloy, et marche avec des béquilles.

On peut imaginerque ces deux personnages incarnent tous les deux, à leur manière,l’auteur : en effet, Molloy reçoit pour ordre de retranscrire tous sessouvenirs par écrit – c’est pourquoi il est alité, et se trouve au lit de samère. Pour sa part, Moran est aussi chargé d’écrire, cette fois-ci un rapportsur la disparition de Molloy. Ces deux personnages totalement différentss’accomplissent dans l’acte d’écriture, comme l’auteur. Cette doublepersonnalité, l’auteur s’en justifie ainsi : « Car en moi il y atoujours eu deux pitres, entre autres, celui qui ne demande qu’à rester où ilse trouve, et celui qui s’imagine qu’il serait un peu moins mal plusloin » – opposant ainsi un caractère solitaire et immobile, tout enréflexion, et un second toujours en mouvement. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le rapprochement de Moran et de Molloy >