Pauline

par

Alfred de Nerval

Alfred de Nerval est le narrateur du deuxième récit enchâssé dans le premier. Le lecteur notera le salut amical que Dumas adresse à son ami le poète Gérard de Nerval en donnant son patronyme à l'un des personnages du récit.

Alfred de Nerval est l'ami du premier narrateur. Il appartient à cette noblesse qui mêle désœuvrement et loisirs. La notion même de travail est étrangère à sa sphère sociale. Il a tout son temps pour voyager, chasser, aimer. Il est jeune, loyal, habile aux armes. Quand il tombe amoureux de Pauline, il n'est pas riche, et n'ose lui déclarer sa flamme. Aussi est-ce avec le cœur déchiré qu'il la voit s'éloigner vers Horace de Beuzeval. Il porte le deuil de cet amour non accompli jusqu'au jour où le destin le met en présence de l'être aimé, en des circonstances peu banales : sa belle est enfermée dans un cachot humide, sous les ruines d'une abbaye abandonnée au cœur de la campagne normande.

Nerval ne manque pas de courage : il explore sans frémir les ténèbres souterraines de l'abbaye, et plus tard affronte sans trembler Horace de Beuzeval, qu'il sait être un bretteur et tireur hors pair. Sa bienveillance et l'importance qu'il accorde à son rôle de chef de famille le font voler au secours de sa sœur, en grand danger d'épouser l'infâme Beuzeval. Il est estimé de ses amis. Outre ces qualités, il incarne une forme de noblesse chère aux écrivains...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Alfred de Nerval >

Dissertation à propos de Pauline