Raboliot

par

Résumé

L’action débute lors du vidage des étangs de monsieurle comte de Remilleret, sous la direction de Tancogne, son fermier général quisupervise l’entretien de ses domaines. Sont présents des hommes loués à lajournée, métayers comme le grand Volat, des personnages officiels chargés demission comme Tournefier le garde-chasse, ou bien des journaliers richesseulement d’une petite masure et de la force de leurs bras comme Raboliot.Raboliot est un homme de petite taille, aux yeux vifs, au corps souple, qui nevit que par et pour une chose : la chasse. C’est un braconnier. Il est connudans tout le pays, et se rit de la force publique : les gendarmes n’ont jamaispu mettre la main sur lui. Il sait que tous – Volat, Tancogne, les gendarmes –ne souhaitent qu’une chose : le voir aux mains de la justice. Mais il se joued’eux, et s’amuse en orientant les soupçons de Volat vers des fausses pistes,comme ce soir-là : tandis qu’on le guette par-ci, il va chasser par-là. Maisalors qu’il porte le fruit de sa chasse chez Trochut, le gros aubergiste quiest aussi receleur de gibier, les gendarmes l’attendent, menés par un nouveau,un dénommé Bourrel. Instinctivement, Raboliot sent en celui-ci un adversaireacharné, un ennemi même. Bourrel, c’est la loi, l’ordre, les uniformes, les règlesqu’il faut suivre : tout ce que Raboliot a en horreur. Ce soir-là, iléchappe de peu aux gendarmes en les bousculant. Humilié, Bourrel en conçoit unehaine farouche pour le braconnier solognot.

Raboliot s’est forgé un alibi, et nargue leshommes en uniforme bleu. Il continue de mener sa vie de braconnier, malgré lessupplications de sa femme, Sandrine, qui l’implore d’abandonner cette vie enmarge de la loi. Mais Raboliot n’en a cure : l’instinct ancestral le pousse àchasser, la nuit, avec sa petite chienne noire Aïcha, à tendre des collets, etsi c’est interdit, tant mieux ! Le frisson de la chasse n’en sera que plusdélicieux. Et puis il n’est pas nuisible, lui, ce n’est pas comme Tancogne etVolat, qui ont mis au point un véritable système de chasse illégale sur lesterres de monsieur le comte, et c’est pour ça que ces deux-là aimeraient voirRaboliot sous les verrous.

Mais à force de jouer avec le feu, même leplus habile finit par se brûler, et Raboliot se fait prendre la main dans lesac. Condamné à payer une amende, il refuse net, s’obstine dans son refus ets’enfonce dans l’illégalité. Il joue au gendarme et au voleur grandeur nature,doit quitter son foyer et s’installer chez son beau-père Touraille, de peurd’être saisi au collet par Bourrel. Là, il utilise les services de la Souris,la fille de Flora. Flora, c’est la compagne de Volat, une femme que tous leshommes possèdent, habitée par un feu sensuel que nulle étreinte ne peutéteindre. Sa fille, pauvre gosse battue comme plâtre, semble prête à aider lebraconnier à jouer un sale tour à sa brute de beau-père. Lassé de fuir et de seterrer, Raboliot va trouver le comte et plaide sa cause : il n’est pas biennuisible, lui, ce n’est pas comme ces voleurs de Tancogne et de Volat, quimettent les terres de monsieur le comte en coupe réglée.

Peu après, les deux hommes sont arrêtés, maisRaboliot n’en est pas quitte pour autant. Harcelé par les gendarmes, il estpoursuivi jusque chez lui. Sandrine finit par lui arracher une promesse : il vase livrer, pour faire cesser une fois pour toutes les poursuites, et arrêter debraconner. Mais deux amis braconniers, Sarcelotte et Berlaisier, lui proposentune chasse de nuit, un véritable massacre qui leur rapportera gros, ce quipermettra à Raboliot de payer l’amende. Les voilà partis, ne se doutant pasqu’ils vont tomber dans un piège. L’affaire tourne très mal, les braconnierstirent des coups de feu sur les gendarmes, et Raboliot assomme Bourrel d’unviolent coup de crosse de fusil.

Cette fois, l’affaire est grave. Raboliot estdevenu un criminel, il lui faut vivre maintenant dans la forêt, comme le gibierqu’il traque. Il mène une vie de bête et entretient une liaison malsaine avec Flora.Fou de solitude, il demande à son cousin Tournefier le garde-chasse, qui l’aimebien quand même, de contacter Sandrine pour lui. Celle-ci lui fait parvenir unelettre terrible, dans laquelle elle résume tous les maux dont son Raboliot l’afait souffrir, et le supplie de disparaître pour de bon. Stupéfait, Raboliotabandonne toute prudence, retourne chez lui pour que Sandrine lui dise en facece qu’elle lui a écrit. C’est le moment qu’attendait Bourrel. Les deux hommesse retrouvent face à face, dans la pièce commune de la maison de Raboliot. Là,Bourrel explique en ricanant qu’il s’est joué du braconnier, que tout ce quis’est passé a obéi à un plan que lui, Bourrel, a ourdi afin de prendre Raboliotau filet. Fou de rage d’avoir été ainsi joué, Raboliot s’empare du tisonnier etle plante dans l’œil bleu du gendarme, l’enfonce au plus profond, et devient unmeurtrier.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >