Ruy Blas

par

L’amour et la fatalité

Comme toute autre œuvre tragique, Ruy Blas traite simultanément de l’amour et de la fatalité. Qui aime doit souffrir ; telle semblerait être la règle d’or de la tragédie classique. Le héros est toujours victime d’un amour interdit voire impossible (dans ce cas, l’amour entre un valet et une reine), et à la fin, il est tiraillé par un dilemme psychologique qui se termine tristement. Dans le théâtre tragique, l’amour est et demeurera toujours fatal.

Hugo parvient à mettre en scène un couple romantique qui suscite la sympathie des spectateurs. La relation affective, né de l’ennui de la reine et de l’admiration de Ruy Blas, qui unit les deux personnages, les transforme dans une certaine mesure. Ruy Blas cherche à se sublimer, en devenant plus qu’il n’est. Il assume l’usurpation d’identité et devient un personnage influent. La reine quant à elle s’affirme davantage en tant que souveraine vis-à-vis des autres membres de la cour. Elle qui semblait n’avoir que peu de marges de manœuvre, enfermée dans son rôle, s’active pour empêcher le duel entre l’homme qu’elle aime et Don Guritan.

Inscrivez-vous pour trouver des dissertations sur L’amour et la fatalité >