Un cœur simple

par

…au prosaïsme

 Loin des mythes et des héros fabuleux, un protagoniste domestique peut correspondre à l’idéal réaliste de peindre le monde tel qu’il est. Dans tout l’ouvrage, il ne se passe presque rien, peu d’actions, tout ce que fait Félicité finalement c’est aimer, et prendre soin de ceux qu’elle aime.

Loin du personnage qui réussit tout, Félicité connaît un nombre important d’échecs. Son nom Félicité semble d’ailleurs contradictoire avec la suite d’échecs qu’elle subit, et fonctionne comme une antiphrase. Lors de débuts peu prometteurs, elle apparaît d’abord en « haillons » : « Elle grelottait sous des haillons, buvait à plat ventre l’eau des mares, à propos de rien était battue, et finalement fut chassée pour un vol de trente sols, qu’elle n’avait pas commis ». Son deuxième échec est son histoire d’amour. À différents moments de l’histoire se déploie un ton pathétique qui met en évidence le prosaïsme de la vie sans éclat de l’héroïne.

Son histoire d’amour avortée l’a plongée dans un chagrin qui n’a rien de très gracieux : « Ce fut un chagrin désordonné. Elle se jeta par terre, poussa des cris, appela le bon Dieu et gémit toute seule dans la campagne jusqu’au soleil levant ». Sa tentative pour dire adieu à son neveu, quête toute banale, se clôt également sur un échec.

Après la mort de Virginie, elle tombe dans une grande solitude : « Des religieuses emportèrent Mme Aubain. Pendant deux nuits, Félicité ne quitta pas la morte. Elle répétait les mêmes prières, jetait de l’eau bénite sur les draps, revenait s’asseoir, et la contemplait ». Après cela, elle s’attache à des objets en souvenir des personnes importantes dans sa vie.

L’écriture de Flaubert connaît alors une apogée pathétique : « Alors, une faiblesse l’arrêta ; et la misère de son enfance, la déception du premier amour, le départ de son neveu, la mort de Virginie, comme les flots d’une marée, revinrent à la fois, et, lui montant à la gorge, l’étouffaient. »Ainsi l’auteur rappelle-t-il à la mémoire du lecteur tous les déboires de la servante en une accumulation qui n’a rien d’invraisemblable mais tout de pathétique.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur …au prosaïsme >