Un sac de billes

par

Joseph Joffo

Joseph Joffo est un écrivain français né en 1931 à Paris d’un père coiffeur et d’une mère violoniste dans un groupe de musique tzigane. Il passe son enfance au pied de la butte Montmartre. Lors de la Seconde Guerre mondiale, la persécution des Juifs que subit la famille Joffo vaudra au père de mourir en déportation. Joseph, après avoir franchi la ligne de démarcation avec son frère Maurice, aura été pour sa part sauvé par un archevêque, à Nice, qui délivre à lui et son frère des faux papiers alors que tous deux ont été arrêtés par des SS qui organisent des rafles et des départs de convois vers les camps de concentration. Après la guerre et son certificat d’études, Joseph devient coiffeur à l’exemple de son père et de ses frères, travaillant tout d'abord dans le salon familial de la rue Clignancourt.

En 1971, alors qu’il officie dans le 16e arrondissement parisien, il retrouve un ancien camarade de régiment devenu directeur littéraire chez Robert Laffont. Joseph Joffo lui raconte ses souvenirs de guerre, qu’il rêve depuis longtemps de voir couchés par écrit. Son ami l’assure qu’il tient là un succès de librairie et après un accident, alors qu’il se trouve immobilisé pour trois mois, Joseph Joffo écrit son histoire. Mais Un sac de billes est refusé par plus d’une dizaine d’éditeurs avant que Jean-Claude Lattès, qui vient de fonder une maison d’édition à son nom, ne perçoive le potentiel de l’œuvre et en confie la réécriture à Claude Klotz, Patrick Cauvin de son pseudo. Dans ce roman entièrement autobiographique, écrit à la première personne, dont l’action se situe entre 1941 et 1944, Joseph Joffo raconte sa fuite, avec son frère Maurice, âgé de deux ans de plus que lui, de Paris, alors occupé par les Allemands, où les Juifs doivent commencer à porter l’étoile jaune, vers la zone libre où les deux frères aînés, Albert et Henri, résident déjà à Menton. La famille se retrouvera un temps, vivra une période de répit à Nice, puis devra se séparer à nouveau et multiplier les cachettes tout en dissimulant leur identité. Le récit se clôt sur une fin à moitié heureuse, puisque la famille Joffo se retrouve à Paris, sauf le père, assassiné par les nazis. Il s’agit donc d’un véritable récit d’initiation, puisque le jeune Joseph, qui a dix ans au début des événements, va connaître des aventures qui ont peu à voir avec l’enfance et même travailler auprès d’un libraire pétainiste, dont il essaiera d’empêcher l’arrestation à la Libération. Il faut noter que Joseph Joffo n’est pas toujours exact sur les dates, les événements racontés ne concordant pas toujours avec la réalité historique. Un sac de billes, qui a connu dès sa sortie un immense succès, a été traduit dans une vingtaine de langues et se trouve souvent au programme d’élèves européens, qui peuvent se sentir plus concernés par un texte passant par le regard d’un enfant, prompt à dénoncer l’absurdité de ce à quoi il assiste. L’œuvre a connu de très nombreuses adaptations : au cinéma en 1975, par Jacques Doillon, ou en bande dessiné en 3 tomes (2011, 2012 et 2013) par Vincent Bailly et Kris.

Inscrivez-vous pour continuer à lire  >


Dissertation à propos de Un sac de billes