Un sac de billes

par

Papa

Joseph appelle son père « papa aux belles histoires, le roi de la rue, papa du crématoire ». Ce dernier mot est dramatique et anticipe la fin de l’histoire car le père est le seul de la famille Joffo qui ne sortira pas vivant de la guerre, n’ayant pas réussi à s’enfuir lors de la rafle dont il est victime à l’inverse de sa femme. Le personnage du père est présenté par l’auteur comme quelqu’un de très théâtral, ayant le goût de l’emphase, gardant dans son expression une théâtralité exacerbée et une majesté dans ses gestes. Joseph pense avec beaucoup d’émotion aux histoires que son père leur racontait à son frère et à lui avant le coucher, au salon de coiffure que leur famille possédait.

         Papa est décrit comme un héros, à l’instar des histoires qu’il raconte, inspirées de son propre père, Jacob Joffo. Il s’agissait d’un homme riche et généreux vivant au sud d’Odessa avant que les pogroms ne commencent en Russie. Il avait donc dû fuir à travers la Roumanie, la Hongrie et l’Allemagne avec ses fils. Le père a donc vécu lui aussi la fuite et a vu en la France le pays de son salut, ce qui lui inspire une foi profonde en sa patrie et ses valeurs. C’est à sept ans qu’il a dû quitter son père, fuir le rapt du tsar qui faisait enlever les jeunes enfants pour en faire des soldats. Lorsque Joseph apprend que son père a été arrêté et qu’il est mort, il se fait d’ailleurs la remarque...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Papa >

Dissertation à propos de Un sac de billes