Vol de nuit

par

Le pilote

Fabien est un aventurier-né, il aime véritablement son travail en lequel il voit sa vocation et le sens de sa vie. Bien que le roman se concentre en particulier sur son histoire personnelle, Fabien est aussi le personnage type du pilote, qui rassemble en lui les caractéristiques que partagent tous les autres aviateurs de l’équipe de Rivière. C’est ainsi que dans le passage décrivant sa perte dans la nuit orageuse, lequel laisse déjà deviner sa mort imminente, le texte se réfère à lui comme « le pilote » : en effet, n’importe quel membre de son équipe aurait pu être à sa place à ce moment-là. Cependant, son nom de famille, qui ressemble à un prénom, permet une meilleure identification du lecteur, et l’auteur se voit ainsi exonéré de descriptions pathétiques pour susciter la tristesse et l’appréhension. Le radio (opérateur radio-navigant) qui l’accompagne n’a pas de nom, comme pour marquer l’importance tragique du pilote : ils sont deux dans l’avion, mais Fabien est seul face à la tempête, c’est à lui de prendre toutes les décisions de commande.

Le pilote, à l’image de Fabien, est dévoué et professionnel dans sa mission, il ne se laisse pas conquérir par des émotions trop vives, seulement par le bonheur de faire son travail : « Une fois de plus, le pilote n’éprouvait, en vol, ni vertige, ni ivresse, mais le travail mystérieux d’une chair vivante. » On en retrouve la preuve dans le récit serein que fait le pilote Pellerin de la tempête qu’il a vécue.

Pour susciter chez le lecteur l’admiration pour l’aviateur, Saint-Exupéry recourt aux pensées des autres personnages. Ainsi, Rivière parle des pilotes comme des « hommes que l’on ne distingue pas, et qui sont de prodigieux messagers. » La femme anonyme du pilote devient symboliquement la femme de tous les pilotes ; elle permet de les considérer sous le prisme de l’amour, comme des hommes forts, beaux, dignes d’être tendrement aimés et soignés.

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le pilote >