1984

par

Big Brother

Chef du Parti et leader d’Océania, Big Brother n’existe pas en tant que tel. Il s’agit d’une image inventée par le Parti pour légitimer son appropriation de l’entièreté des pouvoirs du pays : il est un visage sur les journaux ou les affiches, la voix dans les micros, l’œil dans le télécran : « Sur les pièces de monnaie, sur les timbres, sur les livres, sur les bannières, sur les affiches, sur les paquets de cigarettes, partout ! Toujours ces yeux qui vous observaient, cette voix qui vous enveloppait. Dans le sommeil ou la veille, au travail ou à table, au-dedans ou au-dehors, au bain ou au lit, pas d’évasion. Vous ne possédiez rien, en dehors des quelques centimètres cubes de votre crâne. »

Les habitants vouent un véritable culte à cette icône du régime sans savoir que c’est une supercherie. Cet engouement autour de sa personne explique l’importance qu’il revêt dans leur vie. En effet :

– Rien n’existait avant Big Brother ; il est à la fois le passé, le présent et le futur d’Océania ;

– Big Brother est omniscient, omnipotent, et il est aussi à l’origine de tous les bienfaits qui abondent dans le pays ;

– Ses décisions sont toujours les meilleures et ne souffrent d’aucune contestation. Il est donc impossible de ne pas aimer Big Brother.

Pour renforcer ce sentiment d’adoration, des portraits du dirigeant ont été placardés un peu partout dans la ville et les télécrans lancent sans cesse des slogans à sa gloire (par exemple « Big Brother vous regarde » ou en langue originale « Big Brother is watching you »). On le chante également et des fêtes lui rendent hommage comme « la Semaine de la Haine ».

En outre, toute personne éprouvant des pensées négatives à son égard est éradiquée. Le Parti a pour slogan : « l’ignorance, c’est la force » – et la force dont il est question est celle du régime bien entendu.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Big Brother >