A l’ouest rien de nouveau

par

Paul Baümer

Paul Baümer est le héros du roman, le narrateur de l’histoire. Au départ, il est un jeune Allemand comme tous les autres, et subit un important endoctrinement par son professeur de lycée, Kantorek. Ainsi, c’est volontairement et pensant s’investir dans une noble cause, pour le bien de la patrie, qu’il s’engage dans l’armée allemande aux côtés de la plupart de ses camarades de classes.

Paul Baümer est le témoin oculaire de tous les évènements qui arrivent au front. C’est par ses yeux qu’on découvre l’horreur des tranchées, et il apprend bien vite à dissocier ses émotions de ses actions, afin de survivre mentalement aux atrocités dont il est le spectateur et l’acteur.

Le personnage de Paul Baümer fonctionne comme le type universel de toute une génération de soldats ; au-delà de l’origine et du rôle de chacun dans la guerre, il représente la désillusion ressentie du côté français comme allemand, l’effondrement de l’espoir de servir sa patrie pour le bien de celle-ci, et l’extrême solitude du soldat incompris lorsqu’il retourne à l’arrière en permission rendre visite à sa famille. Seule sa mère partage un peu de sa douleur, en comprenant qu’il ne faut pas lui poser de questions. Cependant, marqué à jamais, Paul est celui qui, d’individu unique ayant une identité, va se fondre dans la masse de soldats, abandonnant ce qu’il est, à l’instar de tous les autres. Dans ce roman, on assiste à l’aliénation de chacun à travers le parcours individuel de Paul.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Paul Baümer >

Dissertation à propos de A l’ouest rien de nouveau