Andromaque

par

Cléone

Elle est la confidente d’Hermione. Elle compatit aux douleurs de son amie qui est bafouée, mais elle craint les conséquences de son « calme si funeste ». Bien qu’elle estime que Pyrrhus est en faute, elle tente de raisonner son amie lorsqu’il est question de faire tuer Pyrrhus, mais sans succès.

« La douleur qui se tait n'en est que plus funeste.

Je le plains d'autant plus qu'auteur de son ennui,

Le coup qui l'a perdu n'est parti que de lui. »

 

Inscrivez-vous pour continuer à lire Cléone >

Dissertation à propos de Andromaque