Contes à l'envers

par

Le conte remasterisé : de la catatonie au trémoussement convulsif

Philippe Dumas réinvente ici le conte en remplaçant le sommeil de la Belle au bois dormant par la danse, la mort apparente par une manifestation de vie. Louise, qui incarne ici le personnage de la Belle aux bois dormant, commence sa vie de la même façon : elle est belle et promise à un grand avenir, cependant, la jalousie d'une parente la rend victime d'une malédiction. Mais ici, celui qui conjure le sort de la méchante femme le fait de manière très puissante, si puissante que c'est l'effet inverse qui se produit : Louise est atteinte de bougeotte. Heureusement que « le prince », Clément, est là pour l'embrasser et la sauver, elle ainsi que le reste des habitants de la ville.

Autre originalité de la part de l'auteur, l'absence de classe sociale élevée pour représenter les héros. Les deux protagonistes ne sont ni des princes, ni des princesses. L'un en porte juste le surnom et l'autre en possède simplement la beauté proverbiale. Le prince se déplace à vélo et non à cheval, et il est âgé de treize ans de plus que la princesse, ce qui sort quelque peu des conventions. L'auteur s'amuse donc à proposer un cadre loufoque et en contradiction avec les textes originaux, afin d'inscrire le conte dans un contexte plus actuel, et de faire rire au moyen de ce décalage inattendu.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le conte remasterisé : de la catatonie au trémoussement convulsif >

Dissertation à propos de Contes à l'envers