Enfance

par

Une peinture de la société russe du XIXe siècle

Le cadre de la campagne russe, au cours de ce siècle, dans un domaine d’une famille noble, peut sembler idyllique – or il n’en est rien. Si le luxe et le confort font partie du quotidien du narrateur (jeux, chasse, déjeuners sur l’herbe, promenade dans la nature), l’auteur n’en oublie pas de rappeler que la société russe de l’époque sous le tsar, qui régnait en maître absolu sur tout l’empire, souffrait d’énormes inégalités, ce qui est illustré par l’évocation des esclaves, des serfs comme Gricha, un homme quelque peu mystique – tous œuvrant très dur dans les propriétés des nobles de province à l’exploitation de leurs terres. Ces paysans étaient littéralement des esclaves, au sens où ils appartenaient à des familles comme une propriété, et qu’ils n’étaient pas libres de partir, sauf en cas de libération à l’initiative de leurs maîtres : « elle l’appela chez elle et […] lui remit un papier timbré où était écrit l’acte de libération de Natalia Savichna. »

Tolstoï s’impliquera beaucoup dans la vie des paysans, créant par exemple une école pour les enfants de paysans des campagnes russes.

 

L’auteur dépeint la campagne, ainsi que les coutumes des classes aristocratiques russes : ils jouent, il y a beaucoup d’animaux, des chiens de chasse, des chevaux. Dans une société très traditionnelle, on ressent également l’omniprésence de la religion. Cela forme une sorte de paradis pour lui, qu’il devra quitter pour aller en ville. Il dépeint ensuite, en accompagnant le narrateur dans ses études supérieures à Moscou, les grandes villes où la jeunesse jouissait de nombreuses fêtes et bals.

La différence entre les générations se matérialise entre autres par les différences d’éducation ; en effet, la grand-mère de Nicolas trouve étrange de ne jamais fesser les enfants : « quels sentiments délicats pouvez-vous après cela attendre de vos enfants » demande-t-elle au père de Nicolas. Ces propos illustrent que la modernité ne règne pas toujours en ville, et que la cohabitation entre les générations s’avère déjà difficile. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Une peinture de la société russe du XIXe siècle >