Germinal

par

Le parcours initiatique d’un personnage et d’un groupe

ÉtienneLantier vit, au cours du roman, un véritable chemin initiatique. Lorsqu’ilarrive à la mine de Montsou, au début du roman, c’est un jeune homme mal dégrossi,incertain, peu à l’aise avec les femmes, un jeune homme accablé par les soucisde ce monde et dont l’esprit tout entier est préoccupé par les misères de soncorps : « Une seule idéeoccupait sa tête vide d’ouvrier sans travail et sans gîte, l’espoir que lefroid serait moins vif après le lever du jour. »

    La mine agit sur lui comme unrévélateur ; telle une caverne des mystères, le monde souterrain le révèleà lui-même et aux autres. Son parcours est double : outre l’éducationsentimentale auprès de Catherine, il revêt une dimension politique avec son éveilau socialisme et son expérience de l’action révolutionnaire. Quand il repart,c’est un autre homme : il a découvert l’amour, a appris un métier, et amûri en tant que militant révolutionnaire. Même si son expérience à la mine sesolde par des échecs avec la mort de Catherine et la fin de la grève, il estmaintenant fort de son vécu et se sent prêt à continuer à lutter. Il symbolisela politisation et la prise de conscience de la classe ouvrière. On le voitquitter Montsou comme il y était arrivé mais à présent, il est « pénétré de cet espoir » plusgrand que sa propre personne.

« Ilsongeait à lui, il se sentait fort, mûri par sa dure expérience au fond de lamine. Son éducation était finie, il s’en allait armé, en soldat raisonneur dela révolution, ayant déclaré la guerre à la société, telle qu’il la voyait ettelle qu’il la condamnait. »

    Ainsi, le personnage a subi unetransformation notable entre la première et la dernière page du roman : unjeune homme accablé par les questions quotidiennes est devenu un homme portépar des idéaux et partisan d’une noble cause.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le parcours initiatique d’un personnage et d’un groupe >